Conférence sur les publications religieuses: Des précisions sur le sens du miracle

Par Site par défaut,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


Dans le cadre de la foire du livre religieux organisée du 25 au 29 août 2015 par la Fondation Afrique Espérance, une conférence a été initiée à Cotonou, vendredi 28 août dernier, sur le livre religieux. Animée par trois prêtres de l’église catholique, la rencontre a abordé des questions liées à la course aux miracles.

LIRE AUSSI:  Comme solutions aux maux du secteur culturel béninois: Albert Bienvenu Akoha plaide la vulgarisation de la charte culturelle

«Le chrétien en quête permanente du miracle», c’est le thème de la conférence tenue par les abbés Rodrigue Gbédjinou, Maurice Hounmènou et Henri Azankposso.

Défini comme une expérience religieuse, le miracle est une intervention de Dieu dans la vie des hommes à travers des faits prodigieux, merveilleux et inédits. «Le miracle, c’est ce qui étonne», dira l’abbé Rodrigue Gbédjinou. En termes de caractéristiques, il a précisé que le miracle «défie bien souvent la raison parce qu’il surpasse l’ordre et les forces de la nature visible ou invisible». Un tour dans la bible lui a permis de relever quelques interventions divines telles que l’expérience de Moïse au buisson ardent qui brûlait sans se consumer, la traversée de la Mer Rouge par les Israélites, le soleil arrêté par Josué, sans oublier les guérisons et multiplication de pain opérées par Jésus-Christ, etc.
Toutefois, le père Rodrigue Gbédjnou a fait observer qu’il faudra faire attention aux miracles. Car même si la fragilité existentielle et la méchanceté favorisent la peur, les chrétiens ne doivent pas, selon lui, être attirés par ces signes. «Le miracle ne doit pas être l’objectif de la vie chrétienne», a souligné l’abbé Maurice Hounmènou ajoutant que la course derrière le miracle peut égarer le peuple de Dieu. La raison c’est qu’il peut-être également l’œuvre du diable. C’est pourquoi, il demandera à l’assistance de donner priorité à la «communion avec Dieu». Et à l’abbé Rodrigue Gbédjinou d’ajouter que «L’église ne saurait être une officine de miracles et de guérison».
En dehors de la communication, la conférence a enregistré aussi la présentation de deux ouvrages, le premier portant sur un livre du père Mathieu Aïfan et intitulé «Aujourd’hui encore, Jésus guérit et sauve» et le deuxième sur «La messe expliquée» récemment lancée. Dans sa présentation, l’abbé Maurice Hounménou a souligné que le livre comporte trois chapitres et parle des conditions du miracle. L’auteur, selon lui, est mû par le désir de convaincre que Dieu est toujours aux côtés des humains. Quant à «La messe expliquée», il s’agit d’un ouvrage qui apporte de la lumière sur 12 signes et gestes accomplis et paroles prononcées au cours d’une messe. L’abbé Henri Azankposso qui l’a présenté y voit une mise au point pour que les chrétiens catholiques ne se méprennent sur ces gestes à faire lors d’une célébration eucharistique.
En plus, un hommage a été rendu à feu Jean Pliya, qui au cours de sa vie a produit également des livres chrétiens. Des débats ont également suivi la communication sur les miracles.

LIRE AUSSI:  Valorisation du patrimoine immatériel: La nuit des contes célébrée le 14 août dans 29 communes