Conférence débat sur l’eau et les changements climatiques:Pour une gestion durable des ressources en eau

Par zounars,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


Le Centre culturel américain, en partenariat avec l’ONG Groupe d’énergie solaire et d’hydrologie en Afrique (GESH-Afrique), a organisé hier mercredi 18 mars une conférence sur le thème: « La maîtrise de l’eau face aux défis du changement climatique au Bénin: stratégies possibles d’atténuation et/ou d’adaptation ». Animée par le Dr Alphonse Affo, cette conférence a permis aux jeunes de se rendre compte de la nécessité d’un changement de comportement dans la gestion de cette source de vie.

LIRE AUSSI:  Obtention du Certificat de conformité environnementale et sociale: « Certains promoteurs essaient de ruser  », dénonce François-Corneille Kèdowidé

En décidant d’entretenir la jeunesse sur les questions liées à l’eau à travers une conférence organisée hier, le Groupe d’énergie solaire et d’hydrologie en Afrique (GESH-Afrique) a l’ambition de contribuer à la gestion durable des ressources en eau et à leur maîtrise en faisant face aux défis du changement climatique de même que la promotion de l’utilisation des énergies renouvelables notamment les énergies solaires.
A cette occasion, le mot de bienvenue du directeur du Centre culturel américain Francisco Paco Perez se voulait une invite au partage de la douleur des bonnes dames des villes et campagnes qui, bassines sur la tête, parcourent des kilomètres avant de trouver de l’eau. Avec un bidon d’eau sur la tête, Francisco Paco Perez est solidaire de ces braves femmes. Il annonce que beaucoup de programmes seront financés par le gouvernement américain en 2015 pour attirer la conscience des populations sur les problèmes liés à l’accès à l’eau.
Dans son exposé, le conférencier, l’ingénieur Alphonse Affo a mis l’accent sur les inondations qui ne sont rien d’autre qu’une conséquence des mauvais comportements de l’homme. Pour lui, il ne suffit pas de mobiliser des milliards pour venir à bout de ce phénomène. Il faut juste éduquer les populations à ne pas s’installer dans les domaines marécageux qui sont des réceptacles naturels de l’eau, souligne-t-il. Tirant la conclusion que l’eau est un moteur indispensable à l’industrie et donc au développement, il préconise la maximisation de l’économie de l’eau, une gestion efficiente de l’énergie, le développement des stratégies intelligentes en terme de gestion de l’eau, la priorité aux actions salutaires de même que la prise en compte de l’intégration régionale.
S’agissant de la question liée aux changements climatiques, l’ingénieur Alphonse Affo trouve que, face à l’évolution exponentielle de la courbe des émissions de gaz à effet de serre et donc de la courbe du réchauffement de la terre, la solution est dans la déforestation et dans l’utilisation des énergies renouvelables comme l’énergie solaire pour l’Afrique et l’énergie éolienne pour les régions du monde où il y a beaucoup de vent.
Signalons que Dr Alphonse G. Affo est un praticien dans le domaine de l’eau. Ingénieur géologue et consultant en approvisionnement en eau potable, il va représenter le Groupe d’énergie solaire et d’hydrologie en Afrique (GESH-Afrique) au forum mondial de l’eau qui se tiendra en Corée du Sud du 12 au 17 avril 2015 sur le thème : « L’eau et le futur ». Il s’agit d’un forum organisé tous les trois ans et qui rassemble près de 32 000 participants venus des quatre coins du monde.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale de l’environnement: Participer à la restauration de la forêt ‘’Filaos de Pk 10’’

950 millions d’hommes souffrent par manque d’eau

L’eau c’est la vie. Cela d’autant plus que 90% de l’hydrosphère est composée d’eau. Des statistiques montrent que 884 millions d’hommes n’ont pas accès à une source d’eau améliorée dans le monde. 950 millions d’hommes dans le monde souffrent de la faim par manque d’eau. En Afrique, 14 pays sont confrontés à des situations de rareté et de pénurie en eau. Fort heureusement, le Bénin fait partie des pays les mieux arrosés avec une précipitation moyenne de 700-1500mm soit 13.106 milliards m3 d’eau de surface par an. Des études ont montré que le Bénin perd chaque année environ 15 milliards de m3 d’eau parce que l’eau qui tombe en surface n’est pas récupérée pour servir en période de saison sèche.
B.H