Conférence administrative départementale du Borgou: Les questions d’ordre social au centre des préoccupations

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


La Conférence administrative départementale du Borgou pour le compte de novembre, la neuvième au titre de l’année 2020, s’est tenue, hier mercredi 18 novembre, à la préfecture de Parakou. Trois communications portant sur des questions d’ordre social ont meublé cette rencontre statutaire placée sous l’égide du préfet Djibril Mama Cissé.

LIRE AUSSI:  Revue du Plan de travail annuel du ministère des Infrastructures et des Transports : Assurer une meilleure performance du secteur

A l’occasion de la 9e Conférence administrative départementale du Borgou, hier mercredi 18 novembre à Parakou, grande était la mobilisation des responsables et des chefs des services déconcentrés de l’Etat autour du préfet Djibril Mama Cissé. Plusieurs points, dont la présentation de trois communications, étaient inscrits à l’ordre du jour de ce rendez-vous mensuel.
Présentée par le Dr Luc Bêhanzin, la première communication a porté sur « Les risques infectieux et épidémiques dans le Borgou ». Sur la base d’un certain nombre de données, il a expliqué aux membres de la conférence les potentiels risques sanitaires susceptibles de se manifester dans le département. Afin d’empêcher la prise des risques, il a appelé à faire la promotion de la santé et non de la guérison. Il a également mis en exergue la nouvelle approche « One Health» prônée par la politique de santé communautaire. Cette approche voudrait que désormais ce ne soit plus la santé humaine seule qui fasse l’objet de préoccupations, mais qu’elle intègre en plus de sa dimension humaine, la santé animale et celle environnementale. La bonne nouvelle, c’est que, par rapport au système « One Health», le département du Borgou sous le leadership de son préfet, Djibril Mama Cissé, est très avancé.
La deuxième communication a consisté en la sensibilisation des membres de la conférence administrative départementale à la protection des données personnelles et de la vie privée. C’est une thématique, fait remarquer le préfet, qui est d’actualité.

LIRE AUSSI:  Réception dans l’Ordre national du Bénin: Des membres du CES 5e mandature décorés

L’occasion a permis de voir la délicatesse liée à la manipulation et à la divulgation des données à caractère personnel.
Quant à la dernière communication, elle a porté sur la restitution des résultats d’une enquête sur le projet de réaménagement des horaires dans l’administration publique béninoise. Différents cas de figures ont été présentés et sur lesquels les membres de la conférence se sont exprimés. Leurs contributions, a promis le conseiller technique à la prévoyance sociale auprès du ministre du Travail et de la Fonction publique, Aboudou Mama Issa, qui a présenté cette communication, permettront d’améliorer le projet. Selon lui, c’est parce que le gouvernement a senti la nécessité d’améliorer la qualité des services de l’administration publique offerts aux usagers qu’il a initié ce projet. En fait, l’étude réalisée propose que la plage horaire soit revue afin que le travail puisse commencer à partir de 8h pour finir à 17h 30 avec une pause de 1h 30 entre 12h 30 et 14h.