Conduite des enquêtes judiciaires: Neuf gendarmes formateurs outillés aux Techniques d’identification criminelle

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Neuf stagiaires dont six sous-officiers de la gendarmerie et trois gendarmes de rang ont reçu dans l’après-midi du vendredi 8 mai dernier, leur parchemin en Technique d’identification criminelle. Cette cérémonie fait suite à leur formation du 4 au 8 mai dernier, par le Centre de perfectionnement de la police judiciaire (CPPJ) sis dans les locaux de l’Ecole nationale de la Gendarmerie à Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Abdoulaye Bio Tchané, président du Caucus africain: «Les problèmes africains sont les problèmes du monde»

La Gendarmerie nationale et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se donnent la main pour reculer la délinquance et la criminalité au Bénin. En témoigne l’organisation de la 1ère formation des formateurs au profit de neuf gendarmes en Technique d’identification criminelle. Laquelle formation s’est déroulée du 4 au 8 mai 2015 au Centre de perfectionnement de la police judiciaire (CPPJ) basé dans les locaux de l’Ecole nationale de la Gendarmerie à Porto-Novo. Elle a été organisée avec l’appui financier de la CEDEAO.
Les neuf stagiaires dont six sous-officiers et trois gendarmes de rang proviennent de plusieurs unités de gendarmerie du Bénin. Pendant les cinq jour de formation, ils ont été outillés aux normes et standards internationaux en matière de Technique d’identification criminelle, de conduite des enquêtes judiciaires surtout dans leurs aspects techniques pour rendre les preuves irréfutables. Des rappels de cours, des notions de pédagogie et autres leur ont été prodigués pour pouvoir former d’autres stagiaires. Aussi, les stagiaires ont-ils suivi à l’occasion des exercices théoriques et pratiques en groupe puis des séances de prise de parole individuelle. Ce qui leur a permis de toucher du doigt l’immensité de la tâche dévolue à un formateur.
Le directeur des Cours, Ambroise Amoussouga a félicité les moniteurs pour avoir fait aboutir cette formation. Il a félicité aussi le directeur des Etudes du CPPJ, Jilles Yèkpè pour ses efforts déployés pour la tenue effective de ce stage.
Le directeur général adjoint de la Gendarmerie nationale, le lieutenant-colonel Soumaïla Yaya, pour sa part, a rappelé que cette formation cadre bien avec la mission du CPPJ. Ce centre à vocation régionale a pour objectif de doter les membres du personnel de gendarmerie et de police africaines d’outils appropriés de haut standard leur permettant de faire face à la recrudescence de la délinquance et de la criminalité dans leurs pays respectifs. Il a trouvé cette formation des formateurs en Technique d’identification criminelle pertinente en raison des défis auxquels sont confrontés les Etats africains. Il était important, selon lui, que toutes les dispositions qui s’imposent soient prises pour lutter contre la délinquance et la criminalité qui ne cessent de croître et de complexifier l’environnement africain en général et béninois en particulier.
Soumaïla Yaya pense que cette formation permettra à la Gendarmerie nationale d’être à la hauteur des espérances de populations. Ils sont désormais mieux aguerris pour jouer leur rôle de formateur et celui de conseillers des opérationnels sur le terrain.
Les neuf techniciens identification criminelle sont appelés à développer chez leurs futurs apprenants des compétences techniques réelles qui leur permettront de livrer à la justice les auteurs des infractions avec de moindres erreurs possibles, a souligné le lieutenant- colonel, Soumaïla Yaya qui n’a pas manqué de saluer la contribution de la CEDEAO, de l’Union Africaine et de l’Union Européenne ayant favorisé la tenue de cette formation des formateurs.
Le représentant des stagiaires, Alamou Adam s’est réjoui d’avoir participé à cette formation. Les connaissances reçues ont fait de lui et ses pairs de véritables techniciens en matière d’identification de criminels. Il a promis au nom de ses collègues de transmettre à leurs futurs apprenants les connaissances reçues pour le recul de l’insécurité au Bénin et en Afrique.

LIRE AUSSI:  Célébration du 57e anniversaire de la fête de l’indépendance: Bilan des actions de développement et ferveur populaire à Kandi