Concours d’agrégation 2016 en médecine: Onze admis sur douze pour l’Université de Parakou

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Dans le cadre du concours d’agrégation au titre de 2016 en médecine, l’Université de Parakou vient d’être honorée. En témoigne l’admission de 11 de ses enseignants sur 12 qui étaient présents à Dakar, au Sénégal. Soit plus de 91,66 % de taux de succès. D’où la fierté de son recteur, le professeur Prosper Gandaho.

LIRE AUSSI:  Séance de travail à la Marina: Boni Yayi déterminé à assainir les communes

« Il faut reconnaître que nous avons connu beaucoup de succès, parce que les premiers candidats en médecine à ce concours étaient partis, il y a 4 ans. Ils n’étaient que deux. Aucun d’eux n’avait pu y réussir. Il y a deux ans, trois candidats avaient été présentés par l’Université de Parakou. Sur les trois, deux étaient reçus. Ce qui faisait 66, 66 %. Et cette année, sur 12, il y a eu 11 », a expliqué le recteur Gandaho. Cette performance place son université parmi celles qui arrivent en tête du classement. Sur les 13 qu’elle a envoyés à Dakar, l’Université d’Abomey-Calavi a quant à elle obtenu 10 admis.
Pour le recteur Prosper Gandaho, cette prouesse réalisée par ces 11 enseignants de la Faculté de médecine de l’UP, leur permettra d’évoluer en grade. Aussi estime-t-il qu’ils ne doivent pas s’arrêter après cette étape. « Il faudrait qu’ils poursuivent le travail dans leurs spécialités à travers des publications de haute facture et en faisant la preuve de leurs connaissances, avant de soumettre encore leurs dossiers au Cames, dans trois ou quatre ans, pour devenir professeur titulaire », a confié le recteur. Maintenant qu’ils ont le statut de Maîtres conférences agrégés, l’idéal pour eux, insiste Prosper Gandaho, serait de devenir professeur. « Vu la volonté qui les anime et leur motivation, nous avons pleinement confiance en eux. Nous allons les aider et ils vont devenir des professeurs afin que l’Université de Parakou soit considérée comme un haut lieu du savoir digne de nom et hautement respecté avec les personnes ressources indiquées », s’est engagé le recteur.?

LIRE AUSSI:  Examen du Cap de l’enseignement technique: Au Lycée technique Coulibaly, les candidats trouvent les épreuves abordables

Maurille GNASSOUNOU
A/R Borgou-Alibori