Commission budgetaire de l’assemblée Nationale:4,9 milliards F Cfa pour les affaires sociales et la microfinance

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Bintou Chabi Adam Taro, a aussi planché, vendredi 17 novembre dernier, devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale. Elle a défendu le projet de budget de son département ministériel au titre de 2018 qui s’élève à 4,905 milliards F Cfa.

LIRE AUSSI:  Quinzième Tour cycliste du Bénin: L’événement démarre le 6 mai prochain avec la Sobebra

Selon elle, les affaires sociales s’entendent, entre autres, par la protection de la personne humaine, la protection des personnes handicapées, la protection des personnes du troisième âge, la protection des femmes, des enfants et contre toutes les formes de violences faites aux femmes. Bintou Chabi Adam Taro ajoute aussi aux affaires sociales, la question du genre qui veut dire la réduction des inégalités entre les sexes.
Quant au volet microfinance, ce secteur s’occupe de l’autonomisation des femmes les plus pauvres, des couches vulnérables, des couches très pauvres pour les sortir de la précarité et leur conférer un tant soit peu, une vie plus améliorée. « La microfinance implique beaucoup les femmes pour permettre que celles-ci dans leurs tâches quotidiennes, dans leur devoir quotidien, de porter un enfant, de le mettre au monde, de l’élever et de lui permettre d’avoir une éducation scolaire », observe le ministre Bintou Chabi Adam Taro. Selon elle, c’est à juste titre que la plupart des députés, ont reconnu la pertinence du choix porté sur ce ministère et plaidé que soient revus à la hausse les fonds alloués à ce département ministériel pour lui permettre d’atteindre ses objectifs surtout en ce qui concerne le volet des affaires sociales?

LIRE AUSSI:  Entretien avec la Révérende pasteure Fifamè Fidèle Houssou-Gandonou: « Le féminisme n’est ni en contradiction, ni incompatible avec la foi chrétienne »

Th. C. N.