Choc frontal entre deux véhicules à Dan:Benoît Dègla grièvement blessé, son garde du corps décédé

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Un mort, trois blessés graves et d’importants dégâts matériels enregistrés, c’est le bilan du grave accident du véhicule 4X4 de l’ancien ministre de l’Intérieur, Benoît Assouan Dègla intervenu le samedi 31 janvier dernier à Dan sur l’axe routier Bohicon-Dassa.

LIRE AUSSI:  Poursuivi pour coups mortels (14e dossier): Georges Boco, roi des K.O., condamné à 48 mois d’emprisonnement ferme

Sur les lieux du drame, il ne reste que deux amas de ferrailles incrustés l’un dans l’autre qui offrent aux passants, choc et curiosité. C’est peu avant midi, samedi dernier sur la montée d’Agbohoutogon, un village situé dans l’arrondissement de Dan, à quelques kilomètres de Bohicon, que s’est produit l’accident. Benoît Assouan Dègla, ancien ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique et des Cultes de Boni Yayi et actuellement conseiller à la Sécurité à la présidence se rendait à Ouèssè, son village natal pour un meeting politique, lorsque le drame est arrivé.
Selon les témoignages recueillis sur place, le camion-citerne avec lequel le véhicule de l’ancien ministre a eu le choc frontal allait s’approvisionner en hydrocarbures à Cotonou. Au niveau du village Agbohoutogon à Dan, un petit bouchon s’est formé en raison du contrôle routier qui s’opérait sur place. Une file de véhicules était donc en stationnement de part et d’autre de la route. C’est à peine à cinquante mètres du poste, que le face-à-face avec le véhicule de l’ancien ministre de l’Intérieur dont le conducteur aurait forcé le passage à vive allure, s’est produit. Du coup, les deux véhicules sont entrés en collision. Le choc a été violent, selon les témoins du drame, au point où les deux véhicules ont été projetés dans le ravin à côté.
Suite à leur télescopage, les deux véhicules ont pris feu. Alertée par les cris de détresse des victimes, la population riveraine a pu évacuer le ministre, son chauffeur et la dame qui l’accompagnait sur l’hôpital de Zone de Dassa pour les premiers soins. Le garde du corps, coincé dans les décombres, n’a pu être sauvé. La violence du choc ne lui a donné aucune chance de survie malgré toutes les tentatives pour l’extraire de la ferraille. Face à l’impuissance des secours qui se débattaient dans tous les sens, les deux véhicules ont pris feu et le garde-corps a été réduit en cendres sous le regard impuissant des usagers de la route. On se croirait dans un film d’horreur.
L’ancien ministre Benoît Dègla serait grièvement blessé des suites de cet accident, tandis que son garde-corps y a péri.
Quant aux deux occupants du camion-citerne, ils sont sains et saufs. Les sapeurs-pompiers envoyés sur le terrain n’ont constaté que les dégâts.
De sources médicales, on apprend que le pronostic vital des blessés n’est pas engagé. L’ancien ministre Benoît Dègla souffrirait d’une brûlure à la jambe et d’une hémorragie vite contrôlée. Quant au conducteur, un policier, il serait par contre grièvement blessé. L’autre occupant du véhicule, une dame s’en est sortie indemne miraculeusement. Il faut noter qu’un hélicoptère est venu, quelques heures après le drame, récupérer les survivants, Benoît Dègla et son chauffeur, pour les évacuer au CNHU de Cotonou.

LIRE AUSSI:  Edito: Capricieux, le PRD ?