Cep 2018: Salimane Karimou lance les épreuves à Sori

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Près de 221 752 candidats affrontent, depuis ce lundi 2 juillet, les épreuves du Certificat d’études primaires (Cep), session de juillet 2018, sur toute l’étendue du territoire national. C’est au Complexe scolaire de Sori centre, commune de Gogounou, dans le département de l’Alibori, que le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, a procédé au lancement officiel de cet examen.

LIRE AUSSI:  Athiémé Montée des eaux à 5,2 m : la situation sous contrôle

Le Cep a ouvert, ce lundi 2 juillet, le bal des examens de fin d’année scolaire. La cérémonie officielle de son lancement a eu lieu au Complexe scolaire primaire de Sori, commune de Gogounou, dans l’Alibori. L’examen du Cep 2018 est désormais une réalité. D’où la satisfaction des différents acteurs du système éducatif au niveau du cours primaire. Au regard des perturbations qu’a connues l’année scolaire, l’organisation de cet examen n’était pas évidente. C’est un exploit à l’actif de l’école béninoise.
« Ce lancement vient consacrer la validation de l’année scolaire 2017-2018 », s’est réjoui le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, présent à Sori pour présider la cérémonie. « Notre année scolaire n’a pas eu de couleur. Et, c’est à l’honneur de tout le peuple béninois, de tous les enseignants des différents ordres. Cela, c’est un pari que nous venons de gagner. L’autre défi qui reste à relever après ce Cep, ce sera celui de la rentrée scolaire », a poursuivi le ministre.
Le préfet de l’Alibori, Mouhamadou Moussa, qui était à ses côtés, a expliqué que toutes les dispositions sécuritaires ont été prises pour garantir le déroulement normal de cet examen dans tous les centres de composition de son département. Pour ce faire, a-t-il rappelé, des instructions ont été données dans ce sens à la Police républicaine et aux élus communaux et locaux.
Avant le démarrage des épreuves, le ministre a d’abord donné des consignes strictes aux 22 membres du corps de surveillance. Il a par la suite tenu à rassurer les candidats du centre. « Ne soyez pas perturbés. Je vous souhaite bonne chance. Tout le monde peut réussir. Notre souhait est que tout le monde réussisse », a-t-il indiqué pour les mettre davantage en confiance.
A 8 h 30, il a donné le coup d’envoi de la première épreuve, celle de la Compréhension de l’écrit. C’est un sujet sur la paix et la question de la transhumance en lien avec les récurrents conflits entre éleveurs et agriculteurs.
Au total, 382 candidats dont 154 filles composent dans ce centre. Ils sont répartis dans 11 salles. Dans le département de l’Alibori, 10 030 candidats dont 5 280 filles sont inscrits dans 33 centres de composition ouverts, soit 8 de plus que l’année dernière?

LIRE AUSSI:  Athiémé Montée des eaux à 5,2 m : la situation sous contrôle