Célébration du 57e anniversaire de la fête de l’indépendance: Sous le sceau de la concorde et de l’espérance à Parakou

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le Bénin a célébré, ce mardi 1er août, le cinquante-septième anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Comme toutes les autres villes et localités du pays, celle de Parakou n’est pas restée en marge des festivités.

LIRE AUSSI:  Rodrigue Gbêkpoe Gotovi, promoteur de l’espace culturel Windekpe à Parakou: «Notre difficulté majeure reste la mobilisation des ressources financières»

La cité des Kobourou n’est pas restée en marge de la commémoration du cinquante-septième anniversaire de l’accession du Bénin à l’indépendance. C’est sous la présidence du préfet, Djibril Mama Cissé, que toutes les manifestations programmées dans le cadre de cette célébration ont été placées.
A l’occasion, la mémoire du père de l’indépendance du Bénin a été doublement saluée aux premières heures de la matinée, par le préfet. En compagnie du maire de la ville, Charles Toko, Djibril Mama Cissé était d’abord à la place Hubert Koutoukou Maga pour procéder à la cérémonie de dépôt de gerbe au pied de la statue de l’illustre disparu. C’était aux environs de 8 h 55, sous les aires de la sonnerie aux morts. Il s’est ensuite rendu à son mausolée, pour se recueillir.
« Le sens que je voudrais donner à cet acte, c’est une reconnaissance à notre feu président Hubert Maga, parce que c’est sous son règne que nous avons accédé à notre souveraineté », a expliqué le préfet Djibril Mama Cissé, au terme de son recueillement. « Il était important de passer pour saluer sa mémoire. A travers lui, saluer également la mémoire de tous ceux-là qui ont œuvré, lutté pour que nous puissions nous affranchir du joug colonial », a-t-il poursuivi.
Pendant ce temps, la population de la ville, fortement mobilisée, attendait à la place Bio Guerra aménagée pour la circonstance. Le défilé organisé sur les lieux n’a pas enregistré de grandes particularités. C’est dans la sobriété totale qu’il s’est déroulé.
En effet, pendant une heure et quarante minutes, les différents détachements des Forces armées présentes dans le Borgou ont défilé. Après le passage du drapeau national et de la garde, il y a eu la police et ses unités spécialisées, les troupes de la douane, des eaux, forêts et chasse, de la gendarmerie et du 2e Bataillon interarmes (Bia) basé à Parakou. Que ce soit au cours des défilés pédestre, équestre ou motorisé, tous ces détachements ont été accompagnés par les rythmes de la fanfare du vingt-cinquième escadron de musique de l’Armée de terre. En fonction de la marche adoptée, le public également constitué des autorités politico-administratives à Parakou a apprécié le passage des différentes troupes.
Les scouts étaient également de la partie. Il en est de même avec les majorettes qui ont gratifié l’assistance de quelques messages et de tableaux de démonstrations.
Le préfet du Borgou a saisi l’occasion pour demander à ses administrés de se mettre ensemble pour le développement du département et la construction du Bénin. Il a tenu à placer ce cinquante-septième anniversaire de l’accession du pays à la souveraineté sous le sceau de la concorde, de l’unité nationale et de l’espérance. « L’unité nationale parce que c’est ce que nous avons de plus cher. Elle nous permet de vivre dans la paix et la quiétude ; l’espérance parce qu’il y a à parier qu’après les réformes que le président est en train d’opérer, nous allons pouvoir accéder à un mieux-être », a confié Djibril Mama Cissé. Il a invité la population du Borgou à se mobiliser derrière le chef de l’Etat, pour l’accompagner dans son œuvre salvatrice de développement.
La veille, la ville a eu droit à un géant concert de la fête de l’indépendance au stade omnisport avec la présence des artistes béninois comme Zeynab, Richard Flash, Dibi Dobo et des Ivoiriens Espoir 2000 et Adama Daïco (humoriste). Il y a également eu la retraite aux flambeaux avec les militaires du 2e Bia de Parakou sur plus d’une dizaine de kilomètres à travers la ville.

LIRE AUSSI:  3e session des comités paritaires Bénin-Niger: Sauvegarder la coopération fraternelle entre les deux pays