Célébration de la Journée internationale de la paix : L’appel à la réflexion du médiateur de la République

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le Bénin, à l’instar de la communauté internationale, célèbre ce jeudi 21 septembre, la Journée internationale de la paix. Le thème retenu par le secrétariat général des Nations Unies pour cette commémoration est : « Ensemble pour la Paix-respect-sécurité et dignité ». A la veille de cette commémoration, le médiateur de la République, comme de coutume, s’est adressé au peuple béninois.

LIRE AUSSI:  Chambre de commerce et d’industrie du Bénin : Le bureau exécutif accueille 13 nouveaux élus consulaires

A travers son message, Joseph Gnonlonfoun salue l’Onu pour le choix de ce thème qu’il trouve fédérateur et positif et convoque à la réflexion et à l’action dans l’urgence. Il y a vraiment urgence d’agir, selon lui, au regard des menaces de toutes sortes qui pèsent sur la paix partout dans le monde. « La paix n’a jamais été, dans notre monde d’aujourd’hui, aussi gravement et durablement menacée par des guerres persistantes, par le terrorisme qui se répand, véritable cancer des temps modernes créant désolations, exils et disparitions », relève le médiateur de la République. Car, ajoute-t-il, plus l’on milite pour la paix, plus l’on se rapproche de la paix, plus elle échappe et s’envole. Joseph Gnonlonfoun appelle les Béninois à se donner la main avec le respect dû à chaque être humain pour assurer dignement et en toute sécurité ses missions dans la société.
Chaque fille et fils du Bénin doit donner primauté à la culture de la paix, « une paix qui doit être cherchée, recherchée, semée à pleines mains avec beaucoup de soins, de générosité et de cœur. « Cette paix solidaire, nous la voulons, nous l’exigeons », insiste le médiateur de la République. Et cela, comme l’exige d’ailleurs l’article 36 de la Constitution du 11 décembre 1990 qui assigne une mission cardinale, une mission patriotique à « chaque Béninois de respecter et de considérer son semblable sans discrimination aucune et d’entretenir avec les autres des relations qui permettent de sauvegarder, de renforcer et de promouvoir le respect , la tolérance, le dialogue et la réciprocité en vue de la paix et de la cohésion nationale ». La consolidation de la paix va dans l’intérêt du processus démocratique et du développement du Bénin, conclut Joseph Gnonlonfoun?

LIRE AUSSI:  Mise en œuvre des recommandations du dialogue politique: Le chef de l’Etat invite le Parlement à jouer sa partition avec diligence

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau