Campagnes pour les élections municipales, communales et locales: Une opération de charme aux couleurs variées, mais sans ambiance à Cotonou

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Deux jours après le lancement de la campagne électorale pour le compte des élections municipales, communales et locales du 28 juin prochain la ville de Cotonou ne prend pas encore le pli de l’opération de séduction à l’endroit de l’électorat. Lesdites opérations se déroulent pour l’heure sans tambour ni trompette.

LIRE AUSSI:  Houéyogbé: Cyriaque Domingo obtient un troisième mandat de maire

C’est parti depuis mercredi 17 juin dernier pour la campagne électorale entrant dans le cadre des élections municipales, communales et locales du 28 juin prochain. C’est le début d’une effervescence politique pour les quatorze partis ou alliances de partis en lice pour le compte de cette compétition électorale à Cotonou. Mais pour l’heure, les différentes formations politiques sont quasiment absentes sur le terrain pour des opérations de charme à l’endroit des populations. Aucun rassemblement politique, aucune caravane, aucune forme de démarchage des voix n’est visible. Tout est fade et désert. Au niveau des états- majors des partis ou alliances de partis tels que, l’Union fait la Nation (UN), le Parti du Renouveau démocratique (PRD), Réseau Atao (RESOATAO), les Forces Cauris pour un Bénin émergent (FCBE), l’ambiance contraste bien avec l’évènement. Aucun dispositif n’est mis en place pour annoncer le scrutin. Les quartiers généraux des partis ou alliances de partis sont également difficiles à identifier.

LIRE AUSSI:  Augmentation des tarifs des postes de péage et de pesage: Le député Guy Mitokpè adresse une question d’actualité

A part les affiches qui renseignent sur l’imminence du scrutin, c’est le calme plat au niveau des états-majors. Hier, jeudi 18 juin, aux 1er, 4è, 8è et 12è arrondissements de Cotonou, aucun mouvement n’est encore visible sur le terrain. Toutefois, Cotonou s’approprie un nouveau look, grâce aux affiches posées aux grands carrefours et aux places publiques de la ville. Au deuxième jour, après le lancement de la campagne, la capitale économique a changé de décor au coin de ses principales artères. Les affichettes et autres panneaux ne passent également pas inaperçus dans les rues. Les affiches des partis ‘’Parti républicain pour une alternative démocratique (PRAD) et RB-RP se disputent les places à côté des FCBE, du PRD, de l’UN et du RESOATAO. Les signes distinctifs des autres partis ne s’observent pas. C’est une grande discrétion qui se joue sur le terrain, mais les messages des candidats gardent leur teneur.
Pendant que RB-RP prônent la solidarité, une nouvelle dynamique et la modernité pour Cotonou, le PRD veut travailler pour le respect des lois sur la décentralisation et la reconstruction d’une nouvelle Nation. Dans le même temps, le PRAD se veut être l’espoir de toute une jeunesse et le RESOATAO veut agir pour le développement de la ville de Cotonou. L’UN avec en tête Candide Azannaï semble s’attaquer à ces challengers et se propose de passer Cotonou enfin dans une nouvelle classe avec son message ‘’passons maintenant au CP : Cotonou Propre’’. La gent féminine semble avoir plus de chance avec les FCBE qui promettent de s’engager pour leur autonomisation et émancipation.
Dans l’ensemble, les actions de terrain se jouent notamment avec les affiches, affichettes et autres panneaux. La discrétion et la proximité semblent être les critères de choix pour convaincre l’électorat. Mais les différents colistiers ont encore une semaine pour se décider. On espère une ambiance électorale plus forte dans les tout prochains jours.

LIRE AUSSI:  Gestion des déchets dans le Grand Nokoué: La société en charge désormais opérationnelle