Campagne agricole 2020-2021: Les productions vivrières en hausse en dépit de la Covid-19

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun

Production des céréales

A l’instar du coton, les productions vivrières sont en hausse au cours de la campagne 2020-2021, malgré la Covid-19. Celles de céréales, de légumineuses, de racines et tubercules et de cultures maraîchères se sont accrues respectivement de 2,7 %,
1,7 %, 1,6 % et 1,6 %.

LIRE AUSSI:  Table ronde des bailleurs du PCD/CEDEAO: 21,431 milliards de dollars à rechercher pour des projets intégrateurs

En dépit de la pandémie de Covid-19, le Bénin a battu un nouveau record en atteignant une production de 728 000 tonnes de coton graine pour la campagne 2020-2021, a annoncé, il y a quelques semaines, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep). Cette remarquable performance est enregistrée en dépit des conditions pluviométriques stressantes en début de campagne et de la diminution des emblavures.
Selon les données stabilisées du secteur agricole pour la campagne, les spéculations vivrières suivent également la même tendance par rapport aux statistiques de la campagne 2019-2020. La production des céréales passe de 2 177 787 tonnes à 2 237 186 tonnes, soit une progression de
2,7 % (Maep). Celle des racines et tubercules est chiffrée à 8 086 204 tonnes en 2020-2021 contre 7 955 450 tonnes une campagne plus tôt, soit une hausse de 1,6 %.
La quantité de légumineuses produites est de 593 349 tonnes à la nouvelle campagne contre 583 668 tonnes au cours de la précédente, soit une augmentation de 1,7 %.
En ce qui concerne les cultures maraîchères, la production connaît une hausse de 1,6 % en passant de 706 346 tonnes à 717 897 tonnes en 2020-2021.
C’est dire que les productions agricoles se sont accrues, malgré la crise sanitaire et économique qui a affecté la mobilité des personnes, l’accès à la main-d’œuvre en provenance des pays limitrophes, le conseil agricole aux producteurs.

LIRE AUSSI:  20e conférence périodique de la Dgae: L’entreprenariat et le financement des startups préoccupent
4,6 % attendu en 2021

L’assouplissement des mesures barrières à la propagation de la maladie augure d’une amélioration de la valeur ajoutée du secteur primaire. Elle devrait afficher une progression de
4,6 % en 2021, projette la Note trimestrielle de conjoncture au titre du quatrième trimestre 2020 de la direction de la Prévision et de la Conjoncture (Dpc/Mef). Cette hausse sera soutenue par les bonnes performances attendues aussi bien de la production vivrière que des cultures d’exportation, notamment le coton pour lequel l’objectif fixé est d’atteindre 800 000 tonnes de production pour la campagne 2021-2022.

Pour y parvenir, le Maep et l’Association interprofessionnelle du coton (Aic) comptent de porter le rendement national de 1,185 kg/ha en 2020 à 1 202 kg/ha en 2021 au-delà de l’augmentation des emblavures. Par ailleurs, la filière bénéficiera des actions de mécanisation en cours à travers, entre autres, la construction de centres de formation et de maintenance en mécanisation agricole dans les communes de Banikoara, N’Dali et Savalou. Ainsi, elle pourra tirer vers le haut la production des autres spéculations, les cotonculteurs étant pour la plupart des producteurs de vivriers.