Braquage sanglant hier entre Ouinhi et Kpédékpo: Des millions FCFA emportés, des blessés graves

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Les malfrats ont encore frappé hier mercredi 7 janvier sur l’axe Ouinhi-Kpédékpo. Un nouveau cas de braquage qui a été perpétré à la hauteur du village Oké-Ola. Bilan, une forte somme d’argent a été emportée et on déplore plusieurs blessés graves.

LIRE AUSSI:  Compagnie départementale des sapeurs-pompiers du Zou et des Collines: Des exercices de simulation pour renforcer les capacités d’intervention

Quatre véhicules circulant hier sur l’axe Ouinhi-Kpédékpo ont été la cible d’un braquage spectaculaire. A en croire les témoignages recueillis sur place, le groupe constitué d’environ dix malfrats armés jusqu’aux dents semblait bien savoir ce qu’il cherchait sans doute, pour avoir planifié cette opération. Les malfrats ont réussi à s’enfuir avec le butin qui s’élèverait à plusieurs millions de francs CFA avant de s’évaporer dans la nature.
Le nommé R. A. qui est l’une des victimes du braquage a déclaré « avoir vécu des heures chaudes ». Malgré le choc subi, il raconte que les auteurs du braquage s’exprimaient en langue française mélangée à la langue Foula parlée par la communauté peulh environnante. Ils ont immobilisé quatre véhicules avant de tenir en respect les occupants des véhicules qui se sont heurtés contre les barrières de fortune érigées sur la voie. Un guet-apens en quelque sorte. Tombés ainsi dans leur piège, les passagers sont devenus leur proie facile. Ces hors-la-loi ont alors dépossédé leurs victimes de tous leurs biens, faisant des blessés graves par balles et à coups de machette.
La réaction des gendarmes territorialement compétents a été prompte, mais les malfrats ayant opéré avec minutie ont pris la clé des champs, peu avant leur arrivée. Toutefois, aucune perte en vie humaine n’a été déplorée au cours de ce braquage même si on dénombre trois blessés dont une femme parmi les passagers des véhicules braqués. Ils ont été pris en charge au centre de santé de Zangnanado.
Les éléments de la brigade de gendarmerie sont à pied d’œuvre pour rattraper les malfrats qui, de par leur mode opératoire, ne seraient pas inconnus des Forces de l’ordre.

LIRE AUSSI:  Recensement administratif à vocation d’identification de la population: Des femmes sensibilisées sur ‘’la carte à tout faire’’ à Abomey