Bohicon: Difficile accès à l’eau potable à Lissèzoun

Par zounars,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


L’eau est la source de vie dont tout individu a besoin pour vivre. Mais à Lissèzoun, un arrondissement de la commune de Bohicon, les populations ont difficilement accès à ce liquide vital et sont exposées de ce fait à diverses maladies.

LIRE AUSSI:  Poursuivis pour association de malfaiteurs, vol à main armée et assassinat (16è dossier): 20 ans de travaux forcés pour l'un et la perpétuité pour l’autre

L’accès à l’eau potable à Lissèzoun, commune de Bohicon, relève, à la limite, d’un calvaire pour les habitants. La Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) n’arrive pas encore à desservir comme cela se doit cette localité de la ville carrefour. Les populations font alors recours à l’eau de forage ou parfois de puits, non sans souffrance. « Les puits, il n’y en a pas assez et cela constitue une difficulté majeure pour la population pour s’approvisionner », déplore Thibaut Adaou, un habitant de la localité. Il raconte qu’il se lève tôt le matin pour occuper les premières places au puits, et passe parfois deux heures à attendre avant de se servir et de transporter l’eau dans des bidons avec un pousse-pousse sur une bonne distance.
Comme ce dernier, Christelle Agbodossindji, habitante de Lissèzoun, doit aussi faire de longues marches pour avoir de l’eau. Elle raconte : « Nous avons de sérieuses difficultés pour avoir de l’eau. Il n’y a pas assez de châteaux d’eau ici, et parfois même, les quelques-uns tombent en panne et il faut faire des kilomètres pour trouver de l’eau potable ».
Le chef d’arrondissement, Jules Lanmantchion, indique pour sa part que Lissèzoun est déjà à l’étape de recasement. Avant le lotissement, explique-t-il, il y avait un réseau d’eau de la Soneb dans l’arrondissement qui n’est pas fonctionnel, à cause de la source, puisque ça vient d’un endroit plus bas, et pour remonter l’eau, la pression n’est pas assez forte pour qu’on puisse l’utiliser. « Un projet est en cours pour aider à résoudre le problème de manque d’eau potable », rassure-t-il.

LIRE AUSSI:  Prévention des risques professionnels: La CNSS renforce les capacités des acteurs pour la sécurité au travail