Attention Covid-19 au Bénin: 6 nouveaux décès et des cas graves sous traitement

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Santé |   Commentaires: Aucun


L’alerte du ministre de la Santé à propos de la recrudescence de la pandémie n’est pas à prendre à la légère. Le Bénin vient d’enregistrer six nouveaux décès du coronavirus et des centaines de nouveaux cas confirmés dont des graves. Réapparu sous une variante plus virulente, le mal ne touche plus seulement les sujets adultes ou qui ont des antécédents médicaux. Les jeunes en sont également victimes. Le respect des gestes barrières s’impose !

LIRE AUSSI:  Jeannine Agbolèmey Lawani au sujet des aliments industriels: « Les additifs et les modes de conservation présentent des dangers pour les consommateurs… »

Six nouveaux décès de la maladie à coronavirus enregistrés. A la date du 9 février dernier, conformément au point de presse du ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin sur la recrudescence de la pandémie, le Bénin comptait 4625 cas confirmés à la Pcr dont 3781 guéris, 732 patients en cours de suivi dont 66 cas graves et 56 décès. Cinq jours après, à la date du 14 février en l’occurrence, le Bénin compte 5039 cas confirmés dont 3960 guéris, 1017 patients en cours de traitement avec des dizaines de cas graves et 62 décès. Une augmentation importante qui témoigne une fois encore de la virulence de ce mal.

En 45 jours, le Bénin enregistre ainsi 19 décès. L’on réalise mieux l’état d’évolution de la pandémie, quand le ministre de la Santé affirme que, depuis le 1er janvier, le nombre moyen de cas confirmés par jour a quadruplé, passant de 8 à 34 et le Bénin, ces trois derniers mois, a enregistré autant de cas que pendant les neuf premiers mois de l’épidémie. Car du début de la pandémie jusqu’au 1er novembre 2020, le Bénin comptait 2726 cas; à la date du 14 février, le Bénin a atteint 5039 cas. Tous les pays à travers le monde vivent la résurgence de cette pandémie qui a pris une forme plus virulente. Et partout, des mesures hardies sont prises. Le Bénin n’entend pas rester passif. « En dehors des mesures barrières, il est également impératif, pour réduire l’impact de la présente vague de l’épidémie qui semble plus contagieuse et plus virulente, de recourir promptement à la consultation précoce ou d’appeler le numéro vert gratuit 136 au moindre signe faisant penser à la Covid-19 ou assimilable à des signes de grippe ou de paludisme (fièvre, toux, éternuement, rhume, diarrhée, perte du goût ou de l’odorat, difficultés respiratoires,…) », a recommandé le ministre Benjamin Hounkpatin. Aussi, les agents de santé doivent-ils rester vigilants et proactifs. Le ministre de la santé préconise le dépistage et la mise sous traitement présomptif systématiques de tout cas suspect dans les formations sanitaires et les sites dédiés à cet effet sur toute l’étendue du territoire national.

LIRE AUSSI:  Retrait des produits du laboratoire New Cesamex des officines: La direction de la Pharmacie fait une descente sur le terrain

Redoubler d’attention !

La pandémie n’est pas jugulée. Les personnes ayant des antécédents médicaux ne sont plus les plus exposées. Les jeunes le sont également et peuvent développer des cas complexes. Les efforts des autorités ne suffiront pas à éteindre ce mal qui court les rues et fait des victimes en série. La responsabilité de chaque citoyen est engagée. « Nous devons être conscients que le mal est encore présent et rester vigilants… Nous devons plus que jamais redoubler d’attention et de discipline pour venir à bout de la Covid-19 », exhorte le ministre de la Santé. Les gestes barrières, notamment le port systématique de masque dans les lieux publics et dans toutes les situations à risque, le lavage des mains à l’eau et au savon ou encore la désinfection des mains avec la solution hydroalcoolique, le respect de la distance de sécurité sanitaire d’au moins un mètre entre les personnes, doivent davantage s’ancrer dans les habitudes. En outre, il faudra éviter les manifestations festives et les grands rassemblements.