Atteinte des OMD et réduction de la pauvreté au Bénin: Les priorités de la deuxième partie de la phase pilote du PVM

Par Bruno SEWADE,

  Rubriques: Economie |   Commentaires: Aucun


Atteinte des OMD et réduction de la pauvreté au Bénin: Les priorités de la deuxième partie de la phase pilote du PVM

Mis en œuvre au Bénin dans la commune de Banikoara pour sa phase pilote durant la période de 2011 à 2013, le projet «Villages du Millénaire» a enregistré des progrès à capitaliser. La première partie de cette phase pilote étant achevée et ayant été évaluée, il importe de mettre en lumière les réalisations accomplies avant la mise en oeuvre de la seconde partie de la phase pilote. Selon un Rapport analytique réalisé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et ses partenaires dont le Japon, il importe de mettre en oeuvre plusieurs actions au cours de la deuxième partie phase pilote pour corriger les difficultés recensées.

LIRE AUSSI:  Caucus africain: Les messages forts de la Déclaration de Cotonou

Venir à bout des contraintes identifiées, concrétiser les perspectives et assurer la pérennité des acquis du projet. C’est la conclusion du Rapport analytique réalisé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et ses partenaires dont le Japon impliqués dans la mise en œuvre au Bénin du projet «Villages du Millénaire».

En effet, le projet «Villages du Millénaire» est la concrétisation des conclusions d’une étude réalisée pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). La mise en oeuvre du projet est assurée par le centre OMD Afrique de l’Ouest basé à Dakar en partenariat avec les bureaux du PNUD.
La première partie de la phase pilote du projet au Bénin étant achevée et ayant été évaluée, il importe de mettre en lumière les réalisations accomplies avant la mise en oeuvre de la seconde partie de la phase pilote d’autant plus que cette année coïncide avec l’échéance pour l’atteinte des OMD. C’est dans cette optique que s’inscrit le rapport analytique structuré qui présente les progrès vers les OMD dans le cluster de villages et les priorités pour la deuxième phase.
Pour cette deuxième partie, le rapport propose de poursuivre et finaliser le système de suivi-évaluation susceptible de fournir les informations nécessaires pour un suivi national de meilleure qualité scientifique et pour les comparaisons internationales entre les Villages du Millénaire du monde. Il faudrait donc faire le lobbying nécessaire auprès des autorités du centre OMD de Dakar, indique le rapport pour la mise en place des outils de collecte de données dans les secteurs de l’agriculture, du développement communautaire, des infrastructures et de l’eau/hygiène/assainissement. Cela permettra de suivre plus efficacement les effets des interventions du projet de manière à identifier efficacement les cas de succès et diffuser les interventions réussies.
Le rapport analytique recommande également le renforcement de l’intégration de la spécificité pastorale de la zone dans la consolidation des acquis des Villages du Millénaire.

LIRE AUSSI:  Développement agricole : Les défis de la filière karité

Développer une approche participative

En effet, les Villages du Millénaire de Banikoara, selon le rapport, devraient développer une approche participative axée sur le dialogue entre agriculteurs et éleveurs puis des discussions de groupes et des réunions-débats en vue de rechercher des solutions durables pour lutter contre la destruction des champs lors de la transhumance.
Cette démarche a permis de déterminer les causes profondes des relations conflictuelles entre agriculteurs et éleveurs. Pour renforcer cette approche, les Villages du Millénaire auront à promouvoir l’intégration entre agriculture et élevage. Les Villages du Millénaire devraient offrir un bel exemple d’expérimentation d’une telle approche.
Pour la visibilité des progrès enregistrés, il faudra diffuser périodiquement les résultats du PVM dans les médias, recommande le rapport. Au-delà de la production régulière et rapide de données d’enquêtes périodiques très légères, … une stratégie de diffusion des résultats est indispensable pour informer de façon permanente différentes cibles (notamment les décideurs, les médias, les PTF, les populations) sur la réduction de la pauvreté et l’atteinte d’autres objectifs du Millénaire dans les Villages du Millénaire.. La diffusion de ces résultats permettra d’alimenter les débats publics sur les meilleurs procédés pour venir à bout de la pauvreté multidimensionnelle.
Au cours de la seconde phase, le rapport invite à mettre davantage l’accent sur le transfert progressif de responsabilités aux acteurs locaux (coopératives, comités de gestion des infrastructures, autorités communales, etc). Cela est un critère essentiel, selon le rapport, pour s’assurer de la pérennité et de la durabilité des acquis issus du PVM, une fois le projet terminé.
Comme priorité, il faut aussi renforcer l’interactivité ou l’interdépendance entre les niveaux local et central. Tant au niveau de la production que de la diffusion de l’information sur les Villages du Millénaire de Banikoara, il est nécessaire d’impliquer davantage le niveau local pour remonter au niveau central et descendre de nouveau au niveau local.

LIRE AUSSI:  Filière boulangerie-pâtisserie au Bénin: Plaidoyer pour des mesures incitatives et des réformes

Autres priorités

La synergie et la cohérence entre toutes les actions de développement et les acteurs effectifs ou potentiels qui interviennent ou peuvent intervenir dans le territoire du cluster de villages doivent être renforcées. A ce niveau, il est important de renforcer une plate-forme entre ces acteurs par des rencontres périodiques pour une harmonisation des interventions sur la base d’un plan de développement consensuel.
Autres priorités, c’est de créer et mettre en place une stratégie de «One Government» qui consiste à faire intervenir tous les ministères techniques compétents avec leurs programmes ainsi que toutes les agences publiques dans les Villages du Millénaire. Cela permettrait à la fin de la deuxième phase de faire des sites retenus des exemples et des modèles de développement où le niveau de vie des populations concernées sera véritablement amélioré. Aussi, faudra-t-il renforcer la synergie dans les différentes interventions du PVM. Car, travailler de manière intégrée sur plusieurs secteurs, sociaux mais également économiques, permet de s’attaquer plus globalement à la pauvreté au niveau local. Il faut également s’assurer que les acquis et résultats positifs des Villages du Millénaire de Banikoara n’entrainent pas des externalités négatives pour les villages voisins ni des conséquences pour l’environnement naturel. Cela renforcera par ailleurs le positionnement stratégique du PNUD (avantages comparatifs) et du Japon dans la défense du développement durable et la mise en oeuvre d’autres Villages du Millénaire à travers le pays.
«La mise en oeuvre du Projet Villages du Millénaire au cours de sa première phase a contribué à l’amélioration des conditions de vie de toutes les couches sociales dans l’ensemble des trois villages concernés. En effet, le PVM a permis à toute la communauté d’améliorer la satisfaction de ses besoins vitaux. A l’orée du début de la seconde phase, il importe de prendre les mesures idoines répertoriées afin que l’initiative puisse atteindre ses objectifs au Bénin», conclut le rapport?