Atelier sur le passage de l’analogique au numérique:Des techniciens sensibilisés sur les défis qui s’imposent désormais

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


L’Union des professionnels des médias du Bénin (UPMB) et la Commission nationale de migration de l’analogique au numérique (CNMAN) organisent à Abomey, les 13 et 14 janvier, au profit des techniciens des médias du Sud et du Zou, un atelier d’information et d’échange sur le passage de l’analogique au numérique. Une rencontre qui vise à faire comprendre aux participants, les avantages et le besoin de réajustement nécessaire pour relever ce nouveau défi à leur porte.

LIRE AUSSI:  Tissage au Bénin: Un métier qui renaît de ses cendres

La Commission nationale de migration de l’analogique au numérique mise en place par le gouvernement béninois travaille depuis des mois sur des actions urgentes, en vue du démarrage effectif du processus de passage de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique terrestre. A cet effet, les dispositions liées aux délais de transition contenues dans les dispositions internationales s’imposent aussi au Bénin qui devra tout mettre en œuvre pour une transition réussie à bonne date vers le numérique.

Dans leurs allocutions d’ouverture, le président de l’UPMB, Franck Kpochémé et Christian de Souza, secrétaire permanent de la Commission nationale de migration de l’analogique au numérique (CNMAN) ont fait le point du chemin parcouru pour sensibiliser les professionnels sur cette mutation afin qu’ils soient prêts pour ce rendez-vous technologique en prenant les dispositions qui s’imposent. Ils ont aussi mis l’accent sur les défis à relever pour aller à la conquête du numérique.
Abondant dans le même sens, le secrétaire général adjoint du ministère de la Communication et des TIC, Séraphin K Loussin met aussi l’accent sur ces nombreux défis qui sont essentiellement relatifs, entre autres, aux aspects d’ordres juridique, législatif et réglementaire; aux gros équipements et aux constructions; à la formation des ressources humaines; à la communication et surtout l’accompagnement social des populations.
A travers les communications présentées hier au cours de cet atelier par des techniciens béninois au fait de cette nouvelle technologie, les participants ont noté que le passage au numérique s’impose pour une meilleure gestion des fréquences, la promotion de la société de l’information, l’offre de nouveaux services et programmes dans la radiodiffusion et pour un meilleur accès des populations à la radio et à la télévision. Pour ce qui est spécifiquement de la Télévision numérique terrestre (TNT), il faut signaler que ses avantages sont variés. Les populations auront en effet la possibilité de recevoir un plus grand nombre de programmes de télévision avec une meilleure qualité de son et d’images. Et le Bénin fera aussi économie de ses fréquences.

LIRE AUSSI:  Mois du « Consommons local » dans le Zou: Les promoteurs d’hôtels sensibilisés