Association de malfaiteurs, vol à main armée, recel: Diverses fortunes pour les cinq accusés

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Le deuxième dossier au rôle de la première session criminelle de l’année 2020 du Tribunal de première instance d’Abomey-Calavi porte sur les faits d’association de malfaiteurs, de vol à main armée et de recel. Ecoutés à la barre, hier lundi 27 juillet et reconnus coupables des faits, les cinq accusés ont pris 12 ans de réclusion criminelle pour certains, et respectivement 10 ans et 8 ans pour d’autres.

LIRE AUSSI:  Edmond Dossa, expert Uemoa de l’harmonisation du Baccalauréat: « Le Bac unique Uemoa offre beaucoup d’atouts »

A la barre, faire amende honorable ou faire preuve de franchise peut constituer une circonstance atténuante. L’accusé Jules Quenum Azanmadohouenou en a fait l’heureuse expérience. Pour avoir reconnu les faits à sa charge et pour avoir collaboré à la manifestation de la vérité lors de l’audience, ce dernier a vu sa peine réduite alors qu’il est accusé des mêmes faits que trois autres de ses compagnons d’infortune. Statuant en matière criminelle, le Tribunal de première instance de deuxième classe d’Abomey Calavi a en effet condamné les nommés Wilfried Ahouandjinou, Parfait Tokpo et Samson Codjia à 12 ans de réclusion criminelle pour les faits d’association de malfaiteurs et de vol à main armée. Pour ces mêmes faits, le nommé Jules Quenum Azanmadohouenou a pris 8 ans de réclusion criminelle. Quant au sieur Roger Kpadonou, il a écopé de 10 ans de réclusion criminelle pour association de malfaiteurs et recel.
Les faits remontent aux années 2014-2015 où les nommés Jules Quenum Azanmadohouenou, Wilfried Ahouandjinou, Samson Codjia et Parfait Tokpo, en bande organisée spécialisée dans la soustraction de motocyclettes, semaient la terreur. A la nuit tombée, ils se remorquent deux à deux sur des motocyclettes. Les conducteurs sont déguisés en zémidjan et leurs passagers sont munis de machettes.

LIRE AUSSI:  Pour association de malfaiteurs, assassinat, complicité de vol à main armée (19e dossier):Xavier Sokènou Wachinou et consorts acquittés au bénéfice du doute

Après avoir choisi leur victime, ils l’interceptent à quatre et lui arrachent sa motocyclette. L’un des passagers de la bande récupère la motocyclette volée après qu’ils ont immobilisé le propriétaire. Ils n’hésitent pas à faire usage de leurs machettes en cas de résistance. Ils ont d’ailleurs fait des misères à plusieurs victimes. Leur forfait commis, ces impitoyables braqueurs revendaient les motocyclettes à Sè, à Roger Kpadonou. Interpelés et inculpés de vol à main armée et de recel, seul Jules Quenum Azanmadohouenou a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure. Les nommés Wilfried Ahouandjinou, Samson Codjia, Parfait Tokpo et Roger Kpadonou ont, quant à eux, reconnu les faits à l’enquête préliminaire avant de se rétracter devant le magistrat instructeur.
A la barre hier lundi 27 juillet, tous ont maintenu leur position. Seul Jules Quenum Azanmadohouenou a de nouveau reconnu les faits. Après avoir écouté les réquisitions du ministère public et la défense des avocats des accusés, le tribunal a déclaré les nommés Jules Quenum Azanmadohouenou, Wilfried Ahouandjinou, Samson Codjia et Parfait Tokpo coupables d’association de malfaiteurs et de vol à main armée. Ils ont été condamnés à 12 ans de réclusion criminelle, à l’exception de Jules Quenum Azanmadohouenou qui a vu sa peine réduite en raison de sa collaboration. Il a pris 8 ans de réclusion criminelle. Quant à Roger Kpadonou, il a été reconnu coupable d’association de malfaiteurs et de recel et a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle. Tous sont en détention depuis 6 ans pour certains et 5 ans pour d’autres et ils ont encore quelques années à faire derrière les barreaux.

LIRE AUSSI:  Grossesses en milieu scolaire: Un phénomène récurrent aux conséquences néfastes sur les adolescentes

Composition du Tribunal
Président : Eudoxie Akpakpo
Assesseurs :
Gabriel Tamin Affognon
Médard Gandonou
Parfait Adoun
Yelinest Ahoueya
Ministère public : Noël
Houngbo
Greffier : Gustave Badé