Association de malfaiteurs, assassinat et vol: Trois condamnés et trois acquittés au bénéfice du doute

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubriques: Droits et devoirs |   Commentaires: Aucun


Le tribunal de 1re instance de deuxième classe d’Abomey a statué, lundi 16 décembre, sur une affaire d’association de malfaiteurs, d’assassinat et de vol commis sur un peul du nom de Monkéré Saley en pâturage dans une bourgade de la commune de Zangnanado.
Six individus suspectés d’avoir commis ce crime sont appréhendés au cours des enquêtes. A la barre, lundi, aucun d’eux n’a reconnu les faits. Au terme du procès, trois ont été acquittés au bénéfice du doute, deux ont été condamnés à 5 ans de prison et le 6e écope de dix ans de réclusion criminelle.

LIRE AUSSI:  Accusée de pratiques de sorcellerie: Justine Gnimon acquittée au bénéfice du doute

Le verdict du premier dossier de la première session criminelle du tribunal d’Abomey est tombé ce mardi 17 décembre à 00 h 30 minutes. Les accusés Eugène Lassou, Ganiou Adoko et Hyacinthe Sonon sont acquittés au bénéfice du doute pour des faits d’assassinat et de vol et Gilbert Bidouzo et Félix Dokonnou reconnus coupables des faits de vol de bœufs sont condamnés chacun à cinq ans d’emprisonnement. Quant à Kuana Bidohounsi coupable des faits d’assassinat et de vol, il est condamné à dix ans de réclusion criminelle. Le tribunal a condamné solidairement les condamnés Gilbert Bidouzo, Félix Dokonnou et Bidohounsi Kouana aux frais. Telle est la sentence prononcée par le président de céans, Virgile Léandre Kpomalègni.
Lors de l’instruction à la barre, passant un à un puis tous ensemble, les accusés n’ont pas reconnu les faits. Prétextant de leur statut de paysans, ils disent n’être pas instruits, et qu’ils ne comprenaient pas les déclarations qu’on leur a fait signer aux différentes étapes de l’instruction. A la barre, ils ont tous tenté de faire croire qu’ils ne se connaissaient pas et se sont montrés étrangers au dossier. Même le plus jeune, Adoko Ganiou, 30 ans, qui avait déclaré au cours de l’enquête et au cabinet du juge d’instruction qu’il a vu le groupe sous un arbre en train de dépecer deux bœufs s’est rétracté en revenant sur ses déclarations antérieures.
Toutes les tentatives du président du tribunal, du ministère public pour que les prévenus passent aux aveux ont été vaines. Il en est de même pour le collège d’avocats que sont Mes Germain Adingni, Raymond Dossa, Aline Odjè, Natacha Balley, Barnabé Gbago et Charlos Agossou dont les efforts n’ont pu rien changer.
N’étant toujours pas convaincu des déclarations à la barre des six prévenus, le ministère public représenté par le procureur Kalifa Adjima a retenu qu’il est clair que c’est ce groupe qui a commis le drame de Zangnanado. Pour lui, « les accusés ont fait l’option de ne pas coopérer pour la manifestation de la vérité ». Il fait le distinguo entre les différentes infractions commises et qui sont prévues et punies par le Code pénal.
Toutefois, pour le collège d’avocats, c’est un dossier qui souffre de beaucoup d’insuffisances surtout à l’étape de l’enquête. Aucune image dans le dossier montrant les faits, pas d’analyse balistique, pas de reconstitution des faits pour mieux comprendre ce qui s’est passé etc.Pour eux, on a juste voulu avoir un coupable au lieu du coupable. Unanimement, ils ont plaidé pour tous les accusés l’acquittement pur et simple au principal et au subsidiaire, l’acquittement au bénéfice du doute au regard des insuffisances du dossier.
Le tribunal se retire pour délibérer et fixer chaque accusé sur son sort. Les plus chanceux, Eugène Lassou, Ganiou Adoko et Hyacinthe Sonon sont acquittés des chefs d’assassinat et de vol. Gilbert Bidouzo et Félix Dokonnou prennent 5 ans parce que reconnus coupables des faits de vol de bœufs. Quant à Kuana Bidohounsi, il est reconnu coupable d’assassinat et de vol et écope de dix ans de réclusion criminelle.
Par ailleurs, le tribunal reçoit Mohamed Makéré, père de la victime et son fils Saley Lagui en leur demande de constitution de partie civile. Ainsi, après y avoir statué, il condamne solidairement Gilbert Bidouzo, Félix Dokonnou et Bidohounsi Kouana à leur payer à titre de dommages et intérêts pour toutes causes de préjudices confondues, la somme de deux millions cinq cent mille francs outre les intérêts légaux.

LIRE AUSSI:  Pour viol sur mineure âgée de 10 ans: Barnabé Edou écope de 15 années de réclusion criminelle

Les faits

Le jeudi 14 février 2013, le nommé Saley Monkéré, peul bouvier, demeurant à Kétou et en transhumance dans la commune de Zagnanado, était en pâturage avec son enfant Saley Lagui. Au cours de leur évolution, pendant que le père était en tête des troupeaux, son fils assurait l’arrière-garde. A un endroit non loin des cabanes des nommés Kouana Bidohounsi et Gilbert Bidouzo, plus précisément à la hauteur des secteurs de la ferme Akpaliaga dans l’arrondissement de Don-tan, le peul a été attaqué par des individus. Profitant de sa position, à l’arrière-garde des bœufs, le fils a pu s’échapper et entendait la voix de son père qui demandait pardon aux assaillants armés qui le maîtrisaient.
Dans le même temps, il a aperçu quelqu’un qui orientait le canon de son fusil sur son père. C’est alors qu’il a fui pour rentrer en vue d’informer les parents. Le vendredi 15 février 2013, la Brigade territoriale de Zangnanado a reçu une délégation de la communauté peule pour la disparition de leur frère, le jeudi 14 février 2013. Sous la conduite de Saley Lagui, une battue a été organisée et des indices ont été relevés au domicile des inculpés tout comme les effets du peul fusillé ont été retrouvés à proximité de l’habitation de Kouana Bidohounsi ainsi que des traces de sang sur le parcours depuis le champ de ce dernier, lieu du drame et ont traversé la cabane. En outre, sur le lieu de dépècement des sept bœufs disparus,des indices ont été découverts non loin de leur case dont de vieilles bassines contenant des résidus d’excréments de bœufs qui se trouvaient dans la cour de Bidouzo Gilbert.
Le samedi 16 février 2013 aux environs de 10 h, le corps sans vie de Saley Monkéré a été découvert dans la ferme Djigbégon dans l’arrondissement de Naogon (Covè). Les nommés Eugène Lassou, Félix Dokonnou, Gilbert Bidouzo, Kouana Bidohounsi, Hyacinthe Sonon, Adoko Ganiou et Gnangli Roland ont été soupçonnés d’en être les auteurs et ont été interpellés.

LIRE AUSSI:  Meurtre commis par Polimon Bio Sanga: Vingt ans de réclusion criminelle

Composition du tribunal

Président :Virgile Léandre Kpomalègni

Assesseurs : Asseh Maximilien Kpehounou, Antoine K. Houézé, Bienvenu Anagonou et Marcel Alavo

Ministère public : Adjima
Kalifa Djimila

Greffier : Bernard C. Zinsou