Assemblée nationale: Le budget de l’Etat gestion 2020 plébiscité

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Non classé |   Commentaires: Aucun


A leur unanimité, les députés à l’Assemblée nationale ont approuvé ce jeudi le projet de loi de finances de l’Etat pour la gestion 2020. Il est équilibré en charges et en ressources à la somme de 1986, 910 milliards F Cfa contre 1877, 543  milliards F Cfa en 2019, soit une progression de 109, 367 milliards F Cfa, correspondant à une hausse de 5,8 %. Ce budget est caractérisé par un taux de croissance économique de 7,6 % ; un déficit budgétaire de l’ordre de 1,8 % du Produit intérieur brut (Pib) en amélioration de 0,4 % par rapport au niveau attendu à fin décembre 2019 et un taux d’inflation maîtrisé. Il résulte d’une démarche participative et consacre une amélioration notable des ressources destinées aux actions à impact social. Ce faisant, souligne le rapport de la commission budgétaire, le gouvernement donne une preuve supplémentaire d’assurer la répartition équitable des fruits de la croissance économique.
En outre, le projet de budget de l’Etat pour la gestion 2020 consacre l’allègement du système fiscal notamment le regroupement et la suppression d’impôts dans le but de renforcer la compétitivité des produits locaux ainsi que l’amélioration de la notation Doing Business. De même, il présente une meilleure lisibilité avec la généralisation de la gestion pluriannuelle à tous les ministères et institutions de la République et l’enrichissement du contenu du texte de loi de finances par l’intégration d’un état synthèse des politiques publiques, des moyens alloués et des résultats attendus. L’analyse de ce budget, poursuit le rapport, montre des efforts supplémentaires d’aménagement de l’espace budgétaire au profit de l’investissement et du social. Le projet de loi de finances ainsi conçu consacre la réduction du nombre d’impôts contenus dans le système fiscal. Ce qui confirme la prise en compte des recommandations faites lors du dernier Débat d’orientation budgétaire (Dob), notamment, en ce qui concerne les questions liées aux aspects sociaux, en lien avec les difficultés des populations, le chômage des jeunes, et autres, relève le rapport général qui a sanctionné les travaux de la commission budgétaire et présenté à la plénière.

LIRE AUSSI:  Alain Orounla au sujet de la candidature du chef de l’Etat: « Le président annoncera sa décision au moment opportun… »

476 milliards F Cfa pour le social

La progression de 5,8 % du budget de l’Etat 2020 par rapport à 2019 résulte essentiellement des réformes engagées au niveau des administrations financières et les gains estimés des nouvelles mesures fiscales, notamment la suppression d’un certain nombre d’exonérations et l’amélioration du civisme fiscal à travers la dynamisation des échanges avec les contribuables. Les députés intervenus dans le débat général, hier, ont tous salué le caractère hautement social de ce budget notamment dans les secteurs eau potable, énergie, transports, électricité, enseignement, santé, logements et équipements collectifs, protection de l’environnement.
228 projets sociaux pour un montant de 476,718 milliards F Cfa sont prévus dans le budget 2020. Il s’agit notamment de la poursuite des programmes d’accès à l’eau potable en milieu rural; du Projet de renforcement du système d’alimentation en eau potable des villes de Cotonou, Parakou, Dassa-Zoumè, Savè, Glazoué et environs; de la construction d’une centrale thermique de 136 MW à Maria-Gléta en mode Partenariat public privé ; de la généralisation du volet santé notamment Accès universel aux soins de santé du projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch); du Projet de développement de programmes immobiliers d’habitats social et économique ; du programme des villes durables ; du Projet de contournement nord de la ville de Cotonou-est et du Projet de construction d’un échangeur au carrefour Vèdoko à Cotonou. Les députés Robert Gbian, Dominique Atchawé, Adam Bagoudou, Gildas Agonkan, Augustin Ahouanvoèbla, Eustache Akpovi et Bonaventure Aké Natondé portent tous en triomphe le gouvernement pour ce projet ambitieux. L’honorable Gildas Agonkan félicite particulièrement le président de la République, Patrice Talon pour la pertinence des réformes structurelles qu’il a engagées depuis 2016. Lesdites réformes ont permis aujourd’hui au Bénin de ne pas du tout ressentir les conséquences néfastes du choc exogène relatif à la fermeture des frontières nigérianes. Pour lui, cette situation est le fruit des réformes et montre clairement que le Bénin est sur la bonne voie. Les députés invitent le gouvernement à maintenir le cap. Toutefois, ils préconisent à travers leurs amendements et recommandations, une amélioration de la qualité des dépenses budgétaires et une meilleure gestion des finances publiques. Ils recommandent à ce titre l’observance des nouvelles règles édictées par la loi organique portant loi de finances afférentes au Débat d’orientation budgétaire (Dob) et à la production régulière et à temps des rapports trimestriels sur l’exécution du budget et l’application du texte de la loi de finances.