Assemblée Nationale: La dissolution de l’Ocbn autorisée

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Non classé |   Commentaires: Aucun


Les députés ont adopté, ce lundi, la loi 2020-29 portant autorisation de ratification de l’accord relatif à la dissolution de l’Organisation commune Bénin-Niger des chemins de fer et des transports (Ocbn) et la mise en concession de la ligne ferroviaire Cotonou-Niamey, signé à Cotonou le 19 mars 2015.

LIRE AUSSI:  Criet/Session criminelle: 29 cadres à la barre pour détournement de deniers publics

La dissolution de l’Organisation commune Bénin-Niger des chemins de fer et des transports (Ocbn) et la mise en concession de la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Niamey est désormais effective. L’Assemblée nationale a autorisé, ce lundi, le président de la République, Patrice Talon à ratifier l’accord y afférent entre le gouvernement du Bénin et son homologue du Niger. Le projet de loi a été transmis au Parlement par décret n°2020-307 du 17 juin 2020.
Le rapport de la commission chargée des Relations extérieures du Parlement présidée par le député Rachidi Gbadamassi examiné par la plénière renseigne que l’Ocbn a été créée le 5 juillet 1959 à Cotonou, suite à un accord entre le Bénin et le Niger. Elle avait pour mission, entre autres, de gérer le réseau ferroviaire existant, d’en assurer la maintenance en vue d’asseoir une liaison fiable et durable entre Cotonou et Niamey. Mais nonobstant les investissements consentis par les deux Etats, cette organisation n’est parvenue à accomplir sa mission qu’en 55 ans d’existence.

LIRE AUSSI:  Programme d’assainissement pluvial: Huit villes retenues par le gouvernement

Cette situation, poursuit le rapport de la commission parlementaire, est due à la forte concurrence avec le transport routier à l’instar des autres sociétés de transport ferroviaire de la sous-région. Pour pallier cet état de choses, certains Etats de l’Uemoa ont conclu le projet boucle ferroviaire ouest-africain afin de relier Cotonou-Niger-Ouagadougou-Abidjan. Dans l’optique de favoriser la mise en œuvre dudit projet, le Bénin et le Niger, ont décidé de commun accord de la dissolution uniquement de l’Ocbn le 19 mars 2015, à Cotonou. Le Niger a transmis le 5 janvier 2016 ses instruments de ratification de l’accord de dissolution au Bénin le 5 janvier 2016. Il urge alors pour le Bénin de s’acquitter de cette obligation. Ce qui est désormais chose faite. Les deux Etats sont convenus de la dissolution de cette organisation régionale, de la mise en concession de la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Niamey et de son entrée en vigueur définitive après ratification.
L’accord adopté, ce lundi, comporte cinq articles. Lesquels traitent notamment de la dissolution de l’Ocbn et de toutes ses structures afférentes à partir de l’entrée en vigueur de l’accord, la mise en concession des activités de construction, de réhabilitation, de l’exploitation et de l’entretien des ressources matérielles relatifs au transport ferroviaire sur l’axe Cotonou-Parakou-Niamey dans le cadre d’un partenariat public-privé. L’accord organise par ailleurs les modalités de son application et de la convention de la concession de la ligne ferroviaire et les amendements, la dénonciation et le règlement des différends ainsi que les voies et moyens de la ratification et de sa mise en vigueur.

LIRE AUSSI:  Obsèques du frère Melchior: Patrice Talon à la messe de funérailles d’Albert Tévoèdjrè

La session extraordinaire du Parlement close

Les députés ont clos, ce lundi 3 août, les travaux de leur troisième session extraordinaire de l’année 2020 qu’ils ont ouverts, il y a deux semaines. Mais avant, ils ont adopté deux autres dossiers inscrits à l’ordre du jour à savoir la loi n°2020-27 portant modification de la loi n°2019-05 du 18 juin 2020 portant organisation du secret de la défense nationale et la loi n°2020-28 portant modification de la loi 2020-19 du 3 juillet 2020 portant statut spécial des Forces armées béninoises.