Assemblée nationale: La Chambre des métiers de l’artisanat du Bénin créée

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


L’Assemblée nationale a adopté, ce mardi 28 juillet, la loi n°2020-24 portant création des Chambres des métiers de l’artisanat du Bénin. Le texte vise à réformer tout le secteur de l’artisanat afin qu’il contribue au mieux au développement.

LIRE AUSSI:  Pour plus de performance: La carte diplomatique du Bénin à nouveau réaménagée

Le secteur de l’artisanat, après les chambres consulaire et d’agriculture, connaît à son tour sa touche de réforme législative. Les députés ont adopté, ce mardi, la loi n°2020-24 portant création des Chambres des métiers de l’artisanat du Bénin (Cmab). Le texte comporte essentiellement sept articles relatifs à l’institution de la Cmab, à son statut, à sa mission, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement et de financement y relatives, à sa tutelle administrative et aux dispositions abrogatoires et finales. La loi entend offrir à la Cmab une assise légale au même titre que les institutions consulaires tout en répondant au triple impératif de vision politique, d’exigence constitutionnelle et d’exigence communautaire.
Aux termes du texte voté à l’unanimité des députés, la Chambre des métiers de l’artisanat du Bénin est une chambre unique et a compétence sur tout le territoire national. Elle est déconcentrée en délégations départementales. La Cmab est reconnue comme établissement à caractère personnel doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Elle représente l’institution consulaire des artisans du Bénin. A ce titre, elle est l’organe représentatif du secteur de l’artisanat au niveau de l’Etat et assure la défense des intérêts généraux et corporatistes des acteurs du secteur, notamment des artisans, des ouvriers, des tâcherons, des maîtres artisans, des apprentis, des aides familiaux et du conjoint de l’artisan ainsi que des organisations professionnelles de tout le secteur de l’artisanat. Lequel est constitué de huit branches d’activités, 40 corps de métiers et 175 métiers et compte près de quatre millions de personnes installées, soit dans le formel ou dans l’informel. Le secteur contribue à 13 % au Produit intérieur brut (Pib), selon le ministre chargé de l’Artisanat, Modeste Kérékou. Pour lui, c’est un secteur primordial qui tient à cœur au gouvernement qui a initié le projet de loi. Le texte abroge toutes dispositions antérieures contraires, notamment le décret de décembre 2003 portant création de la Chambre interdépartementale des métiers du Bénin (Cimb) et l’Union interdépartementale des métiers du Bénin (Uimb).

LIRE AUSSI:  50 ans de l’Unfpa et 25e anniversaire de la Cipd: Agenda chargé pour Dr Natalia Kanem

Un décret en vue

Les députés se réjouissent de l’avènement de cette loi qui permettra au secteur de l’artisanat de contribuer au mieux au développement du Bénin. Puisqu’elle précise clairement qui peut être considéré comme artisan et prévoit l’identification et l’immatriculation des artisans, la diversité des corps de métiers du secteur, la formation des artisans et la préservation des intérêts des artisans. Le texte renvoie les profils des membres devant composer cette Chambre à un décret qui sera pris en Conseil des ministres. Lors de la prise de ce décret, les députés recommandent avec insistance au gouvernement de porter une attention particulière sur les vrais artisans qui se tuent pour la promotion du secteur et non les vendeurs d’illusions qui ont leur atelier dans leur sac et ne se sont installés nulle part. C’est à ce prix que la loi va permettre de combler les attentes, celles de corriger les dysfonctionnements et les nombreux problèmes qui minent le secteur dont les divisions à l’interne. Car, ce secteur regorge d’énormes potentialités en matière de création d’emplois et de richesse à côté du coton et du tourisme, et va contribuer du coup à résorber le problème de chômage et au développement du Bénin en rendant les produits « Made in Benin» plus compétitifs au niveau régional et à l’international.