Assemblée nationale: Adrien Houngbédji rencontre le personnel parlementaire

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le président de l’Assemblée nationale a échangé dans la matinée d’hier mardi 30 juin, avec l’ensemble des agents de l’institution parlementaire. Il s’agissait pour Me Adrien Houngbédji de s’enquérir de leurs conditions de travail et de voir dans quelles mesures les améliorer pour leur permettre d’être plus efficaces et plus productifs.

LIRE AUSSI:  Département du Zou : La divagation des animaux domestiques interdite

Les agents en service à l’Assemblée nationale se sont vidés hier à leur président Me Adrien Houngbédji. Ils ont manqué de mots pour dénoncer leurs conditions de travail. Des cadres jusqu’aux agents de liaisons, tous ont fait toucher du doigt au premier responsable de l’institution parlementaire, les conditions dans lesquelles ils accomplissent leurs missions. Lesquelles conditions ne sont pas du tout faciles, ont-ils martelé.

Pour une première rencontre avec le personnel parlementaire, toutes catégories confondues, depuis sa prise de fonction, le président de l’Assemblée nationale en a entendu. Toutes choses qui ont montré l’importance de cette rencontre.
Selon les différentes interventions, on note que l’administration parlementaire est confrontée à des problèmes de plusieurs ordres. Les agents ont évoqué surtout celui de la non sécurisation de leurs emplois car il n’y a pas de statut qui sécurise leurs fonctions. Ils ont plaidé pour l’adoption de la loi sur la fonction publique parlementaire afin de les mettre à l’abri de toute situation pouvant entraîner la perte de leurs emplois.
Les agents ont également dénoncé une politique de deux poids deux mesures dans le reclassement et la promotion du personnel, la répartition de certains avantages professionnels, etc. Le problème de l’exiguïté de certains bureaux, du manque de matériels de travail, et la nécessité de reverser dans la convention de l’Assemblée nationale les agents contractuels engagés en début de chaque législature dans les bureaux des présidents des groupes parlementaires et des commissions permanentes et qui sont remerciés à la fin de la législature où lorsque le président qui les a sollicités pour servir sous lui n’est pas réélu ont été dénoncés. Certains de ces agents contractuels plus chanceux ont accumulé déjà plus de 11 ans d’expérience au Parlement. Seulement, ils demeurent toujours des agents contractuels avec le même salaire et le risque d’être remerciés à tout moment.
Plusieurs intervenants ont invité le président de l’Assemblée nationale à se pencher sérieusement sur cette question sociale. Ils souhaitent qu’il y mette un terme et interdise que les présidents des groupes parlementaires et des commissions permanentes sollicitent des personnes extérieures alors qu’ils peuvent puiser leurs collaborateurs parmi les agents permanents de l’administration parlementaire.
Les agents ont aussi plaidé pour la mise sur orbite des trois structures d’appui du Parlement à savoir la CAPAN, l’UNACEEB et le PAARMAN. Ils ont demandé au président de tout mettre en oeuvre pour faire aboutir les réformes en cours à cet effet, tout comme le Comité de relecture des textes qui régissent le fonctionnement de l’Assemblée nationale.
Face à toutes ces préoccupations, le président Adrien Houngbédji dit avoir pris bonne note. Il a promis faire quelque chose pour les résoudre. Son souci est d’avoir une administration transparente, efficace et qui puisse donner la fierté et la joie d’y travailler. Il a annoncé dans ce cadre, la mise sur pied d’un comité qui sera composé de toutes les catégories d’agents pour un examen approfondi des problèmes afin que des solutions idoines soient trouvées.
Le président Adrien Houngbédji a promis au personnel que des rencontres du genre seront périodiques. La prochaine est prévue pour courant juin 2016, pour faire le point des chantiers réalisés et ceux qui restent à faire.

LIRE AUSSI:  Mise en concession du Cnhu-Hkm : Les syndicats de l’hôpital s’y opposent