Assemblée nationale : 51 députés lancent les travaux de la 1ère session extraordinaire de 2016

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Les députés ont ouvert jeudi 14 juillet, la première session extraordinaire de l’année 2016. Cette ouverture a été favorisée par la participation de 51 députés, dépassant largement le quorum de 42 présences exigées par la loi pour la validité des travaux.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le Covid-19 au Parlement: Le défi de la distanciation relevé

C’est désormais reparti à l’Assemblée nationale. Les députés ont lancé, jeudi 14 juillet, les travaux de la première session extraordinaire de l’année 2016. Lesquels travaux ont été à l’initiative de certains d’entre eux. Ils sont, en effet, une cinquantaine de députés à avoir signé la demande de convocation de cette session extraordinaire pour permettre au Parlement d’examiner certains dossiers qui n’ont pu être étudiés au cours de la première session ordinaire de l’année 2016 clôturée lundi 13 juillet dernier. C’est pour cette raison donc qu’ils ont décidé d’écourter leurs vacances pour se consacrer à l’examen de ces dossiers au nombre de six au total. Il s’agit en priorité du dossier de mise en conformité de la loi n°2015-18 portant statut de la Fonction publique votée par l’Assemblée nationale le 2 avril 2015. Cette loi, faut-il le rappeler, avait fait l’objet d’une seconde lecture le 2 août 2015. Il y a ensuite le projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de financement signé à Rome, le 1er février 2015, avec le Fida dans le cadre du financement partiel d’appui au développement du maraîchage (Padmar), l’atelier d’appropriation de la réforme du barreau de la République du Bénin, les journées de la diplomatie parlementaire, la désignation des représentants de l’Assemblée nationale au sein du Conseil d’orientation et de supervision (Cos)et des Commissions communales d’actualisation (CCA) et l’atelier de restitution des travaux de la 21e Conférence des parties (Cop 21) sur le changement climatique tenue en France en décembre 2015.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le Covid-19 au Parlement: Le défi de la distanciation relevé

Aussitôt après l’ouverture de cette première session extraordinaire par le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Eric Houndété, les députés sont allés dans le vif du sujet. En marge de la séance plénière, ils ont évacué un des points inscrits à l’ordre du jour en l’occurrence la restitution des travaux de la Cop 21 présentée par Martin Pépin Anani, directeur général de l’Environnement. Cette restitution a surtout permis aux députés de renforcer leurs capacités dans l’examen et le vote des lois sur l’environnement et le changement climatique.