Assemblée générale des magistrats:Michel Adjaka reconduit à la tête de l’UNAMAB pour 3 ans

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Les magistrats membres de l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB) n’ont pas jugé utile de changer de commandant à leur navire. Réunis hier en assemblée générale, ils ont renouvelé leur confiance au secrétaire général sortant de leur syndicat, Michel Adjaka.

LIRE AUSSI:  Georges Leroux, président de Bénin Diaspora Usa à propos de la gouvernance actuelle: « L’équipe dirigeante au sommet incarne le sérieux au travail»

«On ne change pas une équipe qui gagne». Et ce dicton, l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB) l’a tout simplement appliqué au cours de l’assemblée générale qu’elle a organisée hier. Par 156 voix sur 159, cette organisation syndicale de défense des droits des magistrats a réitéré sa confiance à celui qui faisait office de son premier responsable. Le porte-voix des magistrats est donc resté le même, puisque c’est Michel Adjaka qui succède à sa propre personne. Cette reconduction du secrétaire général de l’UNAMAB était d’ailleurs attendue et ceci, pour deux raisons. La première, c’est que le rapport d’activités couvrant la période 2012 à 2015 présenté par ce dernier et les membres de son bureau a été nettement apprécié par les participants à cette assemblée générale qui, en guise d’approbation et de validation, ont offert à la fin de la présentation des ovations nourries.

Secundo, il y a que le bilan des autres actions de Michel Adjaka, son engagement pour le respect des hommes en toge, son dévouement à la cause de ses pairs et son combat pour le rayonnement de la maison justice ne sont pas passés inaperçus auprès de ses pairs. A vrai dire, le syndicalisme dans la maison justice, du moins sous l’ère Adjaka a pris une nouvelle envergure. On a ainsi par exemple, vu des magistrats battre le macadam pour se faire entendre et s’opposer à la volonté des pouvoirs exécutif et législatif de leur ôter leur droit de grève. Ce n’était pas moins une première. Et à cela, on peut ajouter aussi les actions coercitives souvent engagées pour obliger l’Etat à se montrer plus regardant sur les conditions de vie et de travail du magistrat et de l’acteur judiciaire en général. Lorsqu’on présente un tel bilan, qu’on s’appelle Michel Adjaka, qu’on sait allier fermeté, témérité, rigueur et qu’on est guidé par l’intérêt commun, on ne peut qu’être adulé par une assemblée générale de magistrats. Et c’est bien ce qui est arrivé hier, mardi 3 mars avec la reconduction de Michel Adjaka à la tête de l’UNAMAB pour un nouveau mandat de trois ans.

LIRE AUSSI:  Emmanuel Sambiéni, sociologue: « L’enfant est plus rentable que le coton pour l’économie béninoise »