Après le quitus des formations politiques: Le chef de l’Etat s’engage à promulguer la loi interprétative

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le chef de l’Etat a rencontré, à son initiative, l’ensemble des partis politiques ayant pris part au processus électoral relatif aux communales du 17 mai dernier. La rencontre fait suite au vote par le Parlement d’une loi interprétative du Code électoral visant à clarifier les dispositions concernant la désignation ou l’élection des maires.

LIRE AUSSI:  Bonou: Thierry Tolégbè nouveau maire

Des responsables des neuf formations politiques engagées dans le processus électoral qui s’est soldé par l’élection des conseillers dans les 77 communes du Bénin ont pris part à la séance de concertation initiée ce mercredi 3 juin par le président de la République. La rencontre fait suite au vote mardi dernier en procédure d’urgence par le Parlement de la loi interprétative du Code électoral destinée à clarifier les dispositions relatives aux modalités de désignation ou d’élection des maires et de leurs adjoints. « Au terme des échanges qui leur ont permis d’exprimer, à l’unanimité, leurs appréciations positives sur l’initiative de la concertation, ces partis ont marqué leur adhésion à la réforme effectuée tout en formulant quelques réserves que les explications ont permis de dissiper », indique une note de presse parvenue à notre rédaction. La rencontre a été dans l’ensemble appréciée par les invités du président de la République. Certains en ont profité pour exprimer leur regret de la voir se tenir à ce moment alors qu’ils auraient souhaité rencontrer le chef de l’Etat et échanger avec lui bien avant.
Pour ce qui est de la démarche du Parlement, elle a été assez appréciée par certains responsables de partis qui ont trouvé qu’il a agi dans le cadre de ses prérogatives et pourrait le refaire en cas de besoin. Toujours en ce qui concerne la démarche du Parlement, relativement à cette loi interprétative, « le chef de l’Etat a estimé que cela est justifié et que l’Assemblée nationale, initiatrice de la loi, aurait effectivement pu organiser cette consultation avec eux ». Malgré ces observations, les amendements et apports à la loi électorale n’ont reçu aucune objection de la part des responsables de partis politiques. Le président Patrice Talon s’est donc engagé, ayant obtenu carte blanche des responsables des formations politiques, à la promulguer après avis de la Cour constitutionnelle qu’il a déjà saisie aux fins de vérifier sa conformité avec la Constitution.
Il faut rappeler que deux représentants au haut niveau de chaque parti politique ont pris part à cette concertation. Il s’agit des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), le Bloc républicain (Br), le Parti du renouveau démocratique (Prd), l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn), l’Union progressiste (Up), le Mouvement populaire de libération (Mpl), Forces cauris pour le développement du Bénin (Fcdb) et le Parti pour l’engagement et la relève (Per).

LIRE AUSSI:  Edito: Chose promise, ligne tenue !