Après 25 ans de pratique démocratique au Bénin:Le regard de Social Watch sur les forces et faiblesses

Par zounars,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le réseau Social Watch s’est prononcé, hier lundi 23 février, sur l’état de la démocratie au Bénin, après 25 ans de pratique. Dans une évaluation aux conclusions mitigées, le président de son Conseil d’administration, Gustave Assah, a rappelé les acquis avant d’attirer l’attention des différents acteurs sur les défis majeurs en cette période d’élections cruciales pour le pays. C’était au siège du réseau à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Pénurie d’intrants agricoles: Les producteurs de coton se plaignent, le gouvernement rassure

Le président du Conseil d’administration de Social Watch Bénin, Gustave Assah a tenu, hier lundi 23 février au siège de l’institution, une conférence de presse sur la gouvernance démocratique après 25 ans. En dépit des avancées notables consolidées par plusieurs régimes, le conférencier a fait savoir que des signaux forcent cependant à émettre des réserves. «L’élection étant un élément essentiel dans un processus démocratique», Social Watch Bénin a lancé un appel à toutes les composantes de la société afin que les échéances électorales soient pour les populations des moments de joie et de paix et non d’angoisse et de stress.

« Une invite à toutes les institutions afin qu’elles jouent pleinement leur rôle », a-t-il signifié.
Gustave Assah a invité les populations à exercer librement et dans l’enthousiasme leur droit de vote. Aux sages de la Cour constitutionnelle, Social Watch Bénin demande de prendre la mesure de leurs responsabilités, en gérant avec célérité les contentieux électoraux. L’adresse est allée également en direction des partis politiques pour qu’ils sensibilisent leurs militants sur les bonnes conduites en cette période sensible. Aussi, s’est-il appesanti sur le fait que les chefs de partis et alliances de partis politiques utilisent l’achat de conscience en violation flagrante des articles 62 et 63 du Code électoral qui interdisent les dons, les libéralités et l’utilisation des moyens de l’Etat à 6 mois des opérations électorales, pour influencer le vote des électeurs. Face à cela, Gustave Assah met chaque institution devant ses responsabilités.
Les médias ont quant à eux été exhortés à ne pas se laisser manipuler. Pour ce faire, il recommande des productions libres et responsables.
Au sujet de l’épineux débat sur la révision de la Constitution du 11 décembre 1990, Social Watch Bénin pense que ce sujet ne doit pas constituer un terme de campagne pour les uns et les autres. Mieux, il souhaite que l’opportunité du projet soit priorisée. Dans la restitution de l’évaluation, le président de Social Watch Bénin croit savoir qu’en 25 ans de pratique démocratique, le Bénin a gagné dans la promotion de la bonne gouvernance, l’adhésion des citoyens au processus de décentralisation depuis 12 ans, dans l’amélioration de l’action gouvernementale et la meilleure prise en compte des besoins des populations issues des couches défavorisées.
Créé en 2005, le réseau Social Watch s’est donné pour mission de contribuer au développement durable à travers le renforcement des capacités techniques des Organisations de la Société civile, le renforcement et la promotion d’un environnement favorable à la bonne gouvernance.

LIRE AUSSI:  En prélude à la francophonie des barreaux: Création de la Conférence des barreaux des Etats parties à l’OHADA