Appui de la FAO au secteur agricole du Bénin:Les maraîchers du Mono-Couffo à l’école des nouvelles techniques de culture

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise depuis hier mercredi 29 juillet à Lokossa, un atelier de formation au profit des maraîchers du Mono-Couffo. Prévu pour prendre fin vendredi 31 juillet prochain, l’activité vise à les outiller aux nouvelles techniques de culture.

LIRE AUSSI:  Poursuivis pour association de malfaiteurs et vol à main armée:Les accusés désormais libres

Le maraîchage fait partie des sous-secteurs retenus dans le cadre du Plan stratégique de relance du secteur agricole au Bénin. C’est au regard de cette importance accordée au maraîchage aussi bien en matière d’emplois qu’en terme de contribution pour la sécurité alimentaire, indique le représentant du représentant résident de la FAO, Jean Adanguidi que, son organisme a accepté d’appuyer le Bénin. Un appui, poursuit-il, qui se traduit entre autres, à travers l’organisation des séances de renforcement des capacités des maraîchers et leur encadrement dans le cadre du Projet de promotion de l’agriculture péri-urbaine et urbaine (PAPU).

A en croire Jean Adanguidi, lesdites séances sont réparties à l’échelle départementale. Ce qui justifie la présence des maraîchers venus des 12 communes du Mono-Couffo à l’atelier qui a pris démarré hier à Lokossa. Et ce, pour trois jours au cours desquels la représentante de l’Institut national des Recherches agricoles du Bénin (INRAB), Françoise Komlan-Assogba va les outiller.
Au menu dudit atelier, il y a quatre modules dont les deux derniers portent respectivement sur la reconnaissance et les moyens de lutte contre les insectes nuisibles puis le Guide de conduite des cultures maraîchères. Pour que la séance ne se réduise qu’aux enseignements théoriques, des exercices pratiques ont été prévus. A savoir, les techniques de mise en place d’une pépinière, ensuite la conduite de la culture des légumes et des primeurs tels que le piment et la tomate puis l’acquisition des réflexes de protection physique ainsi que la gestion agroécologique.
Fort du constat que la grande part des difficultés du maraîchage au Bénin est tributaire notamment du déficit en formation, le directeur général du CARDER Mono-Couffo, Maurice Noumonvi, a invité les participants à la disponibilité au cours de l’atelier. Il a ensuite témoigné de la vitalité de la coopération entre la FAO, partenaire financier, et le Bénin. Maurice Noumonvi a insisté que les formations du genre permettront non seulement l’amélioration des rendements des maraîchers mais également la diversification de la gamme des produits destinés tant à la sécurité alimentaire et nutritionnel qu’à l’importation.
La toute première formation donnée dans ce sens s’est déroulée dans l’Ouémé-Plateau, à la suite de celle organisée au profit des agents d’encadrement relevant des structures dénommées CARDER. Lokossa qui accueille les maraîchers du Mono-Couffo n’est que la deuxième étape de la série des formations prévues dans les départements du Bénin.

LIRE AUSSI:  Passation de charges au secrétariat général de la Haac: Pierre Julien Akpaki face aux nouveaux défis