Appui de la Banque africaine de développement: Nouvel espoir pour la filière anacarde au Bénin

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


L’espoir renait désormais pour les acteurs de la filière anacarde au Bénin. Grâce à l’appui de la Banque africaine de développement (Bad) à travers le Fonds africain de développement, le Bénin dispose aujourd’hui d’un nouveau programme pour booster cette filière. Il s’agit du projet d’Appui au développement de la filière anacarde et de l’entreprenariat agricole au Bénin (Padefa-Ena) qui a été lancé, vendredi 19 mars dernier, à Dassa.

LIRE AUSSI:  Soins de santé oculaire: Des équipements techniques modernes promis à l’hôpital de Tinré

C’est le ministre en charge de l’Agriculture, Gaston Cossi Dossouhoui, qui a procédé au lancement officiel des activités de ce nouveau programme. Financé par la Banque africaine de développement à travers le Fonds africain de développement, le Projet d’appui au développement de la filière anacarde et de l’entreprenariat agricole au Bénin (Padefa – Ena) entend appuyer la filière anacarde, dans le but d’améliorer les conditions de vie des producteurs.

En effet, cette filière est l’une des filières a` haute valeur ajoutée, en raison de sa forte capacité a` contribuer a` la création d’emplois et de revenus, sa contribution a` la sécurité alimentaire et nutritionnelle et sa grande opportunité pour l’exportation. Le projet permettra donc de créer un environnement propice au développement de petites et moyennes entreprises (Pme) agricoles dans le secteur de l’anacarde, à l’emploi des jeunes et des femmes, et obtenir un impact durable sur le développement local. A terme, la sécurité alimentaire et les revenus des populations cibles seront améliorés. Les dimensions genre et environnement sont transversales à toutes les composantes du programme.
A l’occasion, le représentant résident de la Bad au Bénin, John Andrianarisa, intervenant par vidéoconférence, a salué les efforts faits par les autorités béninoises pour mettre en place ce programme qui est appuyé par la Bad pour améliorer la productivité de la filière anacarde tout en accompagnant près de 100 000 jeunes béninois dans l’entrepreneuriat agricole. John Andrianarisa rassure les différents acteurs de cette filière ainsi que les autorités béninoises que la Bad demeure à leurs côtés pour la réussite de ce projet qui boostera sans nul doute la filière anacarde.

LIRE AUSSI:  Création du guichet des Associations des services financiers à Djougou : Des réformes pour favoriser l’accès au financement aux plus démunis

Divers accompagnements

Pour Kodjo Siaka, coordonnateur de ce programme, tout en contribuant à l’accroissement durable des revenus des acteurs et la productivité de la filière anacarde dans le pôle de développement agricole, Padefa-Ena devra, entre autres, faire le reprofilage de 145 km de pistes de désenclavement. Tout comme la construction et l’équipement de cinq magasins de stockage d’une capacité de mille tonnes chacun. Ainsi que la réhabilitation de 15 000 ha de vieilles plantations d’anacardiers et l’appui à la création d’un verger moderne d’anacardiers de 3 000 ha pour un rendement amélioré à l’hectare attendu de 700 kg.
Gaston C. Dossouhoui a exprimé sa reconnaissance à la Bad pour cet appui au Bénin. Puis, il précise que le Padefa-Ena interviendra dans l’accompagnement des promoteurs pour l’installation de 3 000 ha de nouveaux vergers d’anacardiers avec assurance agricole par l’entremise de facilitations offertes par le Fonds national de développement agricole (Fnda); la production et l’utilisation des plants greffés de cajou sur 15 ha de pépinières sous forme de prêt bancaire; l’accompagnement pour le renforcement et la modernisation de 10 unités existantes de jus de pommes de cajou ; le renforcement et la modernisation de 10 unités existantes de transformation d’amande de cajou sous forme de prêt bancaire.
Gaston Dossouhoui assure que le projet contribuera à améliorer les performances de la filière anacarde, pour la rendre capable d’assurer de façon durable la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population.