Annulation du concours de recrutement de 94 agents à la Cnss: Le président de l’Anlc s’en félicite et réclame des sanctions

Par zounars,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Suite à l’annulation du concours de recrutement de 94 agents au profit de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), vendredi 2 juin dernier, le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean-Baptiste Elias, se dit satisfait d’avoir été suivi. Il réclame par la suite des sanctions administratives et le remboursement des frais d’organisation par les fautifs.

LIRE AUSSI:  Echanges d’expériences du Fonac avec ses partenaires: Pour la pérennisation des acquis du projet Wacsi

Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), Jean-Baptiste Elias, salue la décision « courageuse » des autorités de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) d’annuler le concours de recrutement de 94 agents. Il apaise les nombreux candidats qui ont été floués dans le cadre de ce test de recrutement. « Nous avions dénoncé des irrégularités et nous avions réclamé, et l’annulation, et des sanctions. Le Conseil d’administration est allé dans notre sens et nous nous réjouissons », confie-t-il.
En effet, le Ca/Cnss a pris, vendredi 2 juin dernier, la décision d’annuler le concours de recrutement de 94 agents à la Caisse. Cette décision fait suite à la sortie médiatique, quelques jours plutôt (le mardi 30 mai dernier), des membres de l’Anlc qui avaient dénoncé de graves irrégularités à propos de ce recrutement.
Jean-Baptiste Elias indique que l’Anlc doit veiller à ce que les sanctions administratives tombent au plus vite pour décourager toute personne animée par le désir de frauder dans l’organisation des concours et autres tests de recrutement. Il explique que ceci est d’autant plus nécessaire qu’il y a des gens qui sont toujours prêts à défendre des irrégularités. Il fait ainsi allusion aux membres du cabinet sélectionné pour l’organisation dudit concours qui, au lendemain des dénonciations de l’Anlc, ont eux aussi fait une sortie médiatique pour justifier la régularité du recrutement.
L’Anlc exige maintenant que le recrutement soit ouvert à tous les Béninois et que son organisation soit confiée à des structures qui ont déjà fait leurs preuves dans dans le domaine. « L’Autorité de régulation des marchés publics est compétente pour prendre des sanctions ; elle a été saisie et va sortir sa décision d’ici quelques jours compte tenu de la gravité des fautes commises dans l’application des textes relatifs à l’organisation du concours », espère le président de l’Anlc. « Des sanctions doivent être prises pour que de façon pédagogique cela puisse servir de leçon aux autres », insiste-t-il. Il affirme de même que l’Anlc réclame le remboursement de façon solidaire des frais d’organisation pour que chacun sache désormais à quoi s’attendre lorsqu’il sera reconnu avoir indûment perçu.
En matière de sanctions, le président de l’Anlc privilégie celles administratives, car, les procédures sont plus courtes et plus faciles. Il explique : « Au niveau de la justice, ça prend du temps parce que la justice a ses procédures et son indépendance, nous avons plusieurs dossiers qui trainent devant la justice depuis des années, c’est pour cela que nous préférons aller dans le sens des sanctions administratives.» « Tout ceci, ajoute-t-il, permet à la population de reprendre vite confiance en des institutions que nous avons dans le pays. » ?

LIRE AUSSI:  Criet/Audience correctionnelle: Neuf condamnations et une relaxe prononcées