Aménagement du littoral par des infrastructures structurantes et durables: Les plages en pleine transformation

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


Une nouvelle dynamique s’observe au niveau du littoral du Bénin avec l’aménagement des plages soumises autrefois à diverses pollutions. Après une étude y relative, le gouvernement amorce la mise en œuvre du Plan d’aménagement opérationnel résilient de la bande côtière.

LIRE AUSSI:  Dr Flavien Edia Dovonou à propos des villes intelligentes en projection: « Le Bénin est sur le chemin d’une gouvernance intelligente »

Autrefois remplies de déchets et de cabanes de fortune exploitées à des fins lucratives, les plages du Bénin changent progressivement de visage grâce aux travaux d’aménagement entrepris par le gouvernement. Elles sont mises au propre et subissent une transformation remarquable, quittant leur statut de lieux insalubres. Le directeur général de l’Environnement et du Climat justifie cette action par la volonté du chef de l’État de voir les plages du Bénin nettoyées, parce qu’elles sont réputées être les plus sales de la sous-région ouest-africaine. «?Nous avons mené une première opération dite opération choc du 10 au 25 décembre 2018 et en quinze jours, 8 250 m3 de déchets ont été enlevés de nos plages?», a confié le professeur Martin Aïna Pépin, directeur général de l’Environnement et du Climat (Dgec). Après cette première opération, poursuit-il, cinq Organisations non gouvernementales recommandées par les mairies limitrophes à savoir Sèmè-Podji, Cotonou, Abomey-Calavi, Ouidah, Grand-Popo ont été recrutées. À leur tour, elles ont recruté des brigadiers pour le nettoyage permanent de la plage. «?Le gouvernement béninois prend en charge les brigadiers et ils nous coûtent environ quinze millions le mois pour le nettoyage systématique de la plage et la sécurisation des plants mis en terre. Cette opération a démarré en 2018?», a expliqué le Dgec.

LIRE AUSSI:  Alimentation en eau potable et assainissement des eaux usées au Bénin :Malgré les importants investissements, encore des efforts à faire

Repenser la plage

Grâce à l’entretien des plages, la lutte contre la pollution est devenue une réalité sur ces lieux, préservant ainsi l’océan des déchets de toutes sortes qui l’encombraient. Selon les explications du directeur général de l’Environnement et du Climat, ne pouvant continuer indéfiniment par nettoyer les plages alors que d’autres personnes viennent pour les rendre insalubres et y font du désordre, il est prévu un plan pour leur aménagement. Dénommé Plan d’aménagement opérationnel résilient de la bande côtière, il a été réalisé sous l’autorité du ministre du Cadre de vie et du Développement durable, sur instruction du chef de l’État. «?Il faut maintenant passer à sa mise en exécution. Ainsi, les segments ont été définis par rapport à leur vocation première et par rapport à la fragilité des écosystèmes. On ne peut plus utiliser les segments de plage comme on le faisait avant, il faut que l’utilisation s’intègre dans l’écosystème et que les fonctions et services éco systémiques rendus par ces écosystèmes soient respectés désormais?», insiste Martin Aïna Pépin. Le professeur souligne que ce plan fait désormais des concitoyens et de tous les usagers, les défenseurs de la plage, vu le service qu’elle rend.

LIRE AUSSI:  Dr Flavien Edia Dovonou à propos des villes intelligentes en projection: « Le Bénin est sur le chemin d’une gouvernance intelligente »

Actions en cours…

«?Voilà pourquoi, les plages ont été nettoyées, sécurisées, et les cabanes qui ne respectaient aucune norme ont été enlevées de nos plages pour leur donner leurs lettres de noblesse?», informe le Dgec. En lieu et place des bâtiments et cabanes, les plants de cocotiers mis en terre sous la conduite des agents des Eaux, Forêts et Chasse. Un reboisement qui permet ainsi de récupérer la façade maritime. A en croire le directeur général de l’Environnement et du Climat, les occupants des espaces libérés ont été associés. «?On leur a demandé de se constituer en association ou en Groupement d’intérêt économique pour que lorsque le Plan d’aménagement opérationnel résilient de la bande côtière, qui tient bien compte de la fragilité de l’écosystème et des vocations, sera validé par le chef de l’État, qu’ils puissent s’y intégrer et respecter le plan architectural qui sera défini?», signale Martin Aïna Pépin sur les différentes actions en cours sur les plages. «?Vous allez constater que nos plages sont libérées, des plants de cocotiers sont mis terre… Nous sommes dans une phase où des parkings vont être construits, et après les parkings, des allées seront définies, pour permettre à chacun d’aller à la plage et de faire de jogging, de se promener…?», confie le professeur.

LIRE AUSSI:  Préservation de la couche d’ozone: L’Epac et des frigoristes dotés d’équipements

Au terme de ces deux premières phases, le ministère va accepter que des gens s’installent en tenant compte cette fois-ci des spécificités de chaque segment de la plage. «?Un contrat tripartite entre les promoteurs et les mairies concernées sous visa du ministère du Cadre de vie et du Développement durable est déjà rédigé où une fois que nous allons faire ces distributions, les gens pourraient respecter les périmètres que les mairies vont leur octroyer désormais. Mais suivant le plan qui a été réalisé?», a martelé le directeur général de l’Environnement et du Climat, Martin Aïna Pépin.
Il faut dire que des initiatives de reboisement de la plage sont en cours. On dénombre selon les propos du capitaine des Eaux, Forêts et Chasse, Arnaud
Orékan, responsable de la section communale des Eaux Forêts et Chasse et coordonnateur de la Cellule technique d’aménagement de Ouedo, plusieurs plants de cocotiers mis en terre qui couvrent un demi-hectare de la plage.