Alphabétisation et modernité: Bolloré forme ses agents

Par LANATION,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Bénin Terminal, filiale du Groupe Bolloré au Bénin innove dans le processus de mise à niveau de son personnel. Les agents de faible niveau d’instruction reçoivent depuis le 2 mai dernier, des cours d’alphabétisation aux fins de répondre aux exigences des équipements de manutention de dernière génération.

LIRE AUSSI:  Plan de contingence et réduction des risques de catastrophes: Les documents de base au cœur d’un atelier à Grand-Popo

En mettant en place des équipements de dernière génération sur Bénin Terminal, le groupe Bolloré était conscient du risque que comportait cette mutation pour ses agents à faible niveau d’instruction. Mais la société n’a pas voulu laisser ces derniers sur le quai. Les cours d’alphabétisation initiés à l’intention de ces agents visent donc à leur permettre de mieux maitriser les nouveaux engins et surtout de mieux maitriser les informations qu’ils reçoivent et qu’ils communiquent. «Actuellement, nous utilisons des systèmes informatiques embarqués à bord de toutes les machines. Ces systèmes, il faut pouvoir décoder leurs instructions. Mais pour la plupart de nos conducteurs qui n’ont pas un niveau d’instruction élevé, cette formation est indispensable», confie Advence Padonou, coordonnatrice de la Cellule d’Alphabétisation de Bénin Terminal.
La formation démarrée le 2 mai dernier est assurée par une équipe du Centre de formation portuaire panafricain de Bolloré Africa Logistics basé à Abidjan en Côte d’Ivoire. «Nous avons tout d’abord installé une cellule d’alphabétisation à Cotonou, puis formé les formateurs avant de lancer ce cycle d’alphabétisation des conducteurs. Cette formation répond à l’excellence que recherche le groupe Bolloré au niveau de chaque agent qu’il emploie, quel que soit son niveau d’instruction», souligne Christelle Gnepa, responsable de la communication de la Cellule d’alphabétisation d’Abidjan. Les cours dureront 9 mois et concernent 67 conducteurs d’engins portuaires. «Nous avons réparti les modules en trois niveaux. Chaque niveau dure trois mois. Nous envisageons même la possibilité pour ceux qui finiront le niveau 3 de passer l’examen du Certificat d’Etudes primaires (CEP) en 2016», appuie Advence Padonou. Le coût global de la formation est estimé à environ 14 millions de francs CFA.

LIRE AUSSI:  Rencontre avec les Ptf au sujet des cantines scolaires: Le gouvernement décroche 28 milliards pour le Procas

Ne laisser personne sur la route !

«L’intérêt du programme d’alphabétisation vient du fait que nous prenons en compte l’ensemble de notre personnel dans leur capacité d’évolution dans l’entreprise. On s’est a perçu qu’un certain nombre d’entre eux, que ce soient les conducteurs d’engins, les commis pointeurs, les bruitiers, les maintenanciers dans les ateliers, avaient un niveau d’alphabétisation faible. Aujourd’hui, les investissements que nous réalisons et l’avancée technologique des équipements nécessitent un niveau de lecture, d’écriture, et d’expression suffisant et satisfaisant pour permettre à ce personnel d’évoluer», fait observer Philippe Alexandre, directeur général de Bénin Terminal, filiale du groupe Bolloré.