Affaire de fausses quittances à la Soneb: Le délibéré à nouveau renvoyé au 12 juin prochain

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Renvoyé précédemment à ce mardi 29 mai, le délibéré de l’affaire de fausses quittances à la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) est à nouveau fixé au 12 juin, à la surprise des détenus et de leurs familles.

LIRE AUSSI:  10e édition du Marché des arts du spectacle africain: 10 Volts, Ashakata et autres au carrefour des arts africains

Le 12 juin est la nouvelle date pour la délibération de l’affaire de fausses quittances à la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb). Le juge Rodolphe Azo, en charge du dossier, a prolongé une énième fois le jugement, après les débats qui ont eu lieu depuis le 8 mai dernier. Cette information a été notifiée aux mis en cause appelés à la barre à l’ouverture de l’audience dans la grande salle G du tribunal de première instance de première classe de Cotonou, ce mardi 29 mai. Ce qui signifie que l’ancien directeur général de la Soneb, David Babalola, et ses co-accusés retournent en prison où ils séjournent depuis des mois en attendant la sentence du juge.
Approché, Me Générick Ahouangonou, avocat-conseil de l’un des mis en cause, a fait savoir que le dossier était déjà en délibéré, mais le juge a décidé de le proroger parce qu’il n’était pas prêt certainement pour rendre sa décision. « J’espère que le 12 juin, les prévenus seront fixés sur leur sort, ils pourront savoir s’ils seront condamnés ou relaxés. Mais je souhaite qu’ils soient relaxés, parce que c’est ça que nous avons plaidé », a-t-il indiqué.
Ce serait sans doute une condamnation à degrés divers, puisque la partie civile et le ministère public avaient demandé dans leurs réquisitions, de condamner à cinq ans d’emprisonnement le directeur général de la Soneb inculpé plus une amende de 200 millions à payer à la Soneb à titre de dommages et intérêts et à trois ans pour les autres mis en cause.
Pour rappel, il est reproché à David Babalola et à ses co-accusés la production de fausses quittances, pour justifier le reversement au fisc de 280 millions de frais de Tva. L’affaire s’était révélée au cours d’une réunion entre les cadres du ministère de l’Economie et des Finances et les responsables de la Soneb, le 30 octobre 2017. L’ex-directeur de la Soneb, David Babalola, a nié les faits à toutes les étapes de la procédure, pointant d’un doigt accusateur ses collaborateurs de l’avoir induit en erreur. Par ailleurs, depuis le mardi 22 mai dernier, un nouveau directeur général a pris service pour gérer la Soneb?

LIRE AUSSI:  Systèmes productifs locaux du PADL:Créer les conditions d’un développement territorial durable et équilibré