Adaptation climatique en Afrique: La Bad annonce une mobilisation de 25 milliards de dollars Us

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Environnement |   Commentaires: Aucun


Mobiliser vingt-cinq milliards de dollars d’ici à 2025 pour l’adaptation climatique en Afrique. Tel est l’objectif que poursuit la Banque africaine de développement qui ne tarit pas d’initiatives pour aider les pays du continent à surmonter les effets pervers des changements climatiques.

LIRE AUSSI:  Gestion des déchets solides ménagers dans le Grand Nokoué: Atteindre un taux de collecte de 90 %

La Banque africaine de développement (Bad) multiplie ses financements climatiques pour les pays africains. La part de ces pays dans le total des approbations en Conseil d’administration a quadruplé au regard des enjeux climatiques au bout de trois ans seulement, passant de 9 % en 2016 à 36% en 2019, année au cours de laquelle ils ont atteint près de 3,6 milliards de dollars américains. La Banque africaine de développement, précisent ses dirigeants, a lancé plusieurs initiatives afin de réduire le poids des dépenses climatiques qui atteignent jusqu’à 10 % du budget national de certains de ses pays membres régionaux.

Dans le cadre de sa stratégie de soutien aux pays africains sur les enjeux climatiques, la Bad a co-organisé avec le Centre mondial pour l’adaptation, le mardi 6 avril dernier, un dialogue virtuel entre dirigeants de haut niveau sur l’urgence de la pandémie du Covid-19 et du climat en Afrique. À l’occasion, la Banque africaine de développement a soutenu l’idée de la mise en place de systèmes nationaux et régionaux d’alerte précoce afin d’éviter les dommages matériels et les pertes en vies humaines provoqués par les chocs climatiques tels que les tempêtes et les cyclones tropicaux ainsi que les sécheresses, les inondations…

LIRE AUSSI:  Sommet 2020 sur l’ambition climatique

Selon l’institution, ces divers financements destinés aux politiques d’adaptation aux effets du changement climatique ont eu un bond spectaculaire entre 2016 et 2017 de 9 % à 28% et ont connu par la suite une progression régulière -36 % en 2018 et 36% en 2019.

Al-Hamdou Dorsouma, chef de la division climat et croissance verte à la Banque africaine de développement, informe que l’appui aux pays pour lutter contre les changements climatiques est une question d’importance pour la Banque africaine de développement. « Les pays en difficulté étant aussi les États les plus vulnérables au changement climatique, nous cherchons à éviter que les dépenses climatiques affectent leur développement socio-économique », a-t-il martelé. Il fait constater que la Banque africaine de développement, première institution de financement du développement en Afrique, a accru considérablement les ressources consacrées aux financements climatiques, ces cinq dernières années.