Accession à la souveraineté internationale:Le Ghana célèbre les 58 ans de son indépendance

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Actualités |   Commentaires: Aucun


Le pionnier des nations indépendantes en Afrique est en fête. 58 après l’accession du Ghana à la souveraineté internationale, la représentation diplomatique et la communauté ghanéenne vivant au Bénin ont invité le corps diplomatique et consulaire, des autorités béninoises, des acteurs à divers niveaux… autour de la soirée organisée à cet effet, vendredi 6 mars dernier à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Réaction de Nicéphore Soglo face à l’actualité politique: Appel à l’union et au respect des opposants

58 ans après avoir ouvert la voie à l’indépendance des pays africains, le Ghana célèbre cet évènement majeur de sa vie. Vendredi dernier à Cotonou, l’ambassadeur du Ghana près le Bénin, Abaidoo Novisi a tenu à marquer ce souvenir. Moment solennel qui lui a donné l’occasion de rappeler à l’auditoire composé d’acteurs de la vie politique et économique, d’autorités béninoises, d’étudiants, la place de choix qu’occupe son pays et la vision de ses dirigeants.

«Le gouvernement et le peuple du Ghana restent déterminés à mettre en œuvre la vision commune de créer un Etat libre, moderne et dynamique dans un continent épris de paix et de stabilité, de prospérité et d’intégration dans tous les domaines», souligne-t-elle. L’histoire du Ghana ayant toujours été en corrélation avec celle du continent africain, celle-ci ne conçoit pas son pays sans le continent et inversement. D’ailleurs rappelle-t-elle, le père de l’indépendance avait clairement expliqué que «l’indépendance du Ghana doit être suivie de la libération totale du continent du joug colonial».
Près de six décennies après, ce vœu est demeuré, a semblé dire l’ambassadeur du Ghana, vendredi dernier. Pour elle en effet, «le gouvernement du Ghana continue d’être engagé dans une dynamique de concertation permanente avec les pays voisins pour une politique efficace d’intégration régionale avec la construction d’une communauté régionale viable». La construction d’une nation et beaucoup plus celle d’un ensemble régional étant une œuvre de longue haleine, la diplomate ghanéenne a mis un accent particulier sur le vœu du Ghana qui assure la présidence en exercice de la CEDEAO, de voir les pays voisins du sien et ceux du continent en général à y travailler.

LIRE AUSSI:  Partenariat stratégique Groupe de la Banque mondiale-Bénin: Les orientations charnières fixées

«Le Ghana reste et restera toujours attaché à l’intégration régionale à travers la promotion et la consolidation de la gouvernance politique démocratique», poursuit-t-elle par ailleurs, avant de spécifier les bons rapports qu’entretient son pays avec le Bénin. La réciprocité, la cordialité et l’amitié qui prévalent entre les deux pays ainsi que la politique de bon voisinage ont été mis en exergue par elle. Les deux pays ont d’ailleurs une histoire et une sociologie communes, martèle-t-elle.
Le ministre en charge des Affaires étrangères ne dira pas le contraire. Nassirou Bako Arifari est aussi revenu sur l’amitié légendaire entre les deux pays, laquelle s’est matérialisée à l’occasion du 58e anniversaire de l’accession du Ghana à l’indépendance par une visite du président Boni Yayi à Accra pour échanger sur le panafricanisme. Le Ghana, souligne également le ministre en charge des Affaires étrangères, est un pays à revenu intermédiaire et une bonne croissance économique. Son mieux-être économique ne peut être donc que synonyme d’une meilleure santé économique pour les autres pays, pense-t-il.