A trois jours des législatives en Côte d’Ivoire : La Cei retire de la liste un candidat déclaré sous une identité tronquée

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Actualités, International |   Commentaires: Aucun


Ce samedi 6 mars, les électeurs ivoiriens sont attendus aux urnes pour élire les 255 députés membres de l’Assemblée nationale. Alors que la campagne bat son plein et connait ses dernières heures, la Commission électorale indépendante vient de retirer le nommé Atse Wilson Stevens de la liste définitive des candidats retenus dans la circonscription électorale n°145. Motif : trucage d’identité.

LIRE AUSSI:  Il était une fois, le plus petit PC du monde chez IBM

Le nommé Atse Atse Wilson Desmond, commissaire à la Commission électorale régionale du Gôh, a présenté sa candidature à l’élection des députés du 6 mars 2021 dans la circonscription électorale n°145, sous le nom de Atse Wilson Stevens. « En usant d’artifices frauduleux pour modifier son identité dans sa déclaration formelle de candidature, Monsieur Atse Atse Wilson Desmond a pu se faire inscrire sur la liste des candidats en violation des dispositions de l’article 21 de la loi sur la Cei, qui interdit pourtant aux membres de cette institution d’être candidats à une élection organisée par la Cei », lit-on dans le communiqué en date de ce mercredi 3 mars et signé du 2e Secrétaire permanent adjoint de l’institution, Doumbia Soumaila. La Cei vient de déjouer son plan en le retirant de la liste définitive des candidats retenus pour l’élection des députés du 6 mars 2021 dans la circonscription électorale n°145, Akoupe – Becouefin, communes et sous-préfectures. Pour avoir violé les dispositions légales, le commissaire Atse Atse Wilson Desmond qui s’est déclaré sous une identité tronquée, pourrait également faire face à des mesures disciplinaires et des poursuites pénales. La Cei rassure de ce que ce retrait de dernière minute n’impactera pas le positionnement des autres candidats de la circonscription n°145 sur le bulletin officiel de vote le jour du scrutin.

LIRE AUSSI:  Mutilations génitales féminines:Deux millions de cas supplémentaires possibles