6e journée des éliminatoires de la Can Cameroun 2021: Les Ecureuils du Bénin en opération de rattrapage à Freetown

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Sports |   Commentaires: Aucun


A l’occasion de la 6e et dernière journée des éliminatoires de la Can, Cameroun 2021, les Ecureuils du Bénin seront les hôtes à jouer des Leone Stars de la Sierra Leone, ce mardi 30 mars, au stade Siaka Stevens Stadium de Freetown. Déterminante pour la conquête du second billet qualificatif du groupe L à la phase finale de ladite compétition, cette rencontre aura valeur de quitte ou double pour chacune des deux sélections. Du côté des poulains de Michel Dussuyer, on attend qu’ils rééditent l’exploit de 2007.

LIRE AUSSI:  Jeux universitaires du Bénin: Les fruits ont tenu la promesse des fleurs

Au Siaka Stevens Stadium de Freetown où ils seront opposés aux Leone Stars de la Sierra Leone, les Ecureuils du Bénin réussiront-ils la passe à 5, parlant de la qualification à la phase finale de la Can? En attendant le coup d’envoi de cette explication qui s’inscrit dans le cadre de la 6e et dernière journée des éliminatoires de la Can, Cameroun 2021, c’est la question qui retient l’attention au sein du public sportif béninois. A deux reprises, les poulains de Michel Dussuyer avaient eu la possibilité de décrocher leur billet et se mettre à l’abri pour la suite de la compétition.
La dernière fois, c’était à domicile, samedi 27 mars dernier, au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo, face aux Super Eagles du Nigeria, lors de la 5e journée de ces éliminatoires. Khaled Adenon et ses coéquipiers se sont fait piéger sur un but du Nigérian Paul Onuachu, dans les toutes dernières secondes des arrêts de jeu. Ce qui a retardé leur possibilité de qualification. Et pourtant, après le nul (0-0) par lequel le match entre le Lesotho et la Sierra Leone s’est soldé un peu plus tôt dans la journée à Maseru, un seul point aurait suffi à les qualifier.

Pas une simple formalité

Une première fois, c’était lors de la 4e journée, jeudi 17 novembre dernier à Maseru. Pour valider leur ticket, ils n’avaient besoin que d’une victoire contre le Lesotho. Mais malheureusement, ils se sont contentés d’un match nul (0- 0).
Les voilà donc dans l’obligation de se battre et de continuer à espérer jusqu’à la dernière journée. Face à la Sierra Leone, tout à l’heure, ce ne sera pas une partie de plaisir. Il ne s’agira également pas d’une formalité à accomplir, mais d’une finale à livrer.
Au cours de ces éliminatoires, faut-il le rappeler, les Sierra Léonais ont démontré leur capacité à tenir tête aux adversaires, même les plus difficiles. En témoignent leurs deux matchs nuls (4-4) en déplacement et (0-0) à domicile concédés face aux Super Eagles du Nigeria. Qu’on se souvienne, c’est difficilement que les Ecureuils avaient pris le dessus sur eux (1-0) au match aller, en novembre 2019. Un autre détail, au cours de ces éliminatoires, ils n’ont pas encore perdu le moindre match à la maison.
Avec 7 points engrangés et un goalaverage égal à 0, le Bénin occupe la deuxième place de ce groupe L. La Sierra Leone, son adversaire du jour, est troisième avec un total de 4 points et un goal average de -1. Pour le moment, chacune de ces deux sélections garde ses chances de se qualifier pour Cameroun 2021 intactes.

LIRE AUSSI:  Comité de normalisation du football: Rafiou Paraiso rassure de la fin heureuse de la crise

Les données

Ainsi, tout autre résultat en dehors d’une défaite, qualifierait le Bénin. En cas de défaite, il aura toujours 7 points, mais un goal average de -1 au minimum. Quant à la Sierra Leone, elle se retrouvera également avec 7 points et au minimum 0 comme goal average. Une petite victoire (1-0) des Sierra Léonais les fera passer. C’est dire qu’à défaut d’une victoire, le Bénin pourrait se contenter d’un nul pour se tirer d’affaire.
Sa prestation du samedi 27 mars dernier face au Nigeria, où ses joueurs sont apparus fébriles à bien d’égards, doit être très vite oubliée. La sélection nigériane, avec ses joueurs de renom qui évoluent dans de très grands clubs de football à travers le monde, était de taille. Avec sa moyenne d’âge qui oscille autour de 23 ans, elle a soumis à rude épreuve nombre de cadres qui, au sein de la sélection nationale du Bénin, accusent déjà le poids de l’âge et s’emploient certainement à jouer leur dernier baroud d’honneur. Tout compte fait, la différence de niveau entre les deux sélections était grande.
Au lieu de continuer à pleurer sur le lait renversé, il faudra surtout se concentrer sur le match de cet après-midi. Souhaitons par ailleurs que Michel Dussuyer ait réussi à motiver à nouveau ses poulains. Car, après la déconvenue qu’ils ont subie, samedi 27 mars dernier, ce n’est pas évident qu’ils recouvrent leurs esprits de sitôt.
Qu’en cas de victoire contre le Bénin, que 20 000 $ aient été promis à chaque joueur sierra léonais, cela ne doit pas déstabiliser Khaled Adénon et ses coéquipiers. Le maillot de la sélection nationale étant sacré, ce n’est pas pour les primes qu’ils jouent, mais pour leur patrie.
Par ailleurs, la dernière fois que le Bénin a obtenu sa qualification à l’extérieur, c’était le 12 octobre 2007 face à la Sierra Leone, à Freetown. Quelle coïncidence ? C’était lors de la dernière journée des éliminatoires de la Can, Ghana 2008, avec ce doublé que Omar Tchomogo s’est offert, pour faire qualifier les Ecureuils. Mais attention, le souvenir de la dernière journée des éliminatoires de la Can 2017 demeure également vivace. Alors qu’ils étaient bien positionnés pour prendre une place de meilleur 3e et se qualifier du coup pour la phase finale de cette compétition, collectif avait été leur naufrage le 4 septembre 2016 à Bamako, face aux Aigles du Mali. Ils avaient reçu une sévère et mémorable raclée (5-2).
Les poulains de Michel Dussuyer ont quitté Cotonou, dimanche 28 mars dernier, pour la capitale sierra léonaise. Ils ont fait la traditionnelle reconnaissance du terrain hier, lundi 29 mars.