61e édition de la fête de retrouvailles: Dogbo et sa diaspora ont communié autour des questions de développement

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


La célébration de l’Assomption constitue, à Dogbo, une occasion de retrouvailles entre les fils et les filles de cette commune du Couffo donnant lieu à une fête communautaire. Cette fête qui en est à sa soixantième-et-unième édition s’est déroulée, le mardi 15 août dernier à la maison des jeunes de Dogbo.

LIRE AUSSI:  Marie-Elise Gbèdo, avocate à la Cour:«Les femmes sont complices de leur situation»

Jour d’Assomption pour les chrétiens catholiques, le mardi 15 août dernier fut aussi la date de célébration de la soixantième-et-unième édition de la fête de retrouvailles à Dogbo. Sa diaspora et les populations restées sur place, vêtues de pagne frappé du logo et quelques sites touristiques de la commune, ont commémoré cette fête dont les manifestations ont commencé depuis dimanche 13 août par une séance de prières des églises évangéliques, un carnaval de motos et un concours miss.
Mardi dernier, c’était l’apothéose, en présence de quelques personnalités politiques dont le député Jocelyn Dégbey, les maires de Toviklin et de Dogbo et des têtes couronnées du Couffo. Une messe dite par un collège de célébrants, avec à sa tête le curé de l’église catholique de Dogbo, Innocent Dassanou, a inauguré ces festivités à la maison des jeunes de la commune, cadre retenu pour les manifestations. Un cabri vendu aux enchères, à l’occasion, a permis de mobiliser une somme de plus de 200 000 francs Cfa devant contribuer au financement des travaux de construction de l’église.
Par la suite, il y a eu la remise de prix aux lauréats du concours miss Couffo. Les participantes au concours ont reproduit, en tenue de ville, quelques phases du défilé de leur compétition. Le public accompagnait spontanément chaque passage des filles des applaudissements et des cris de joie. Le déroulé de la fête a été, en général, ponctué de prestations musicales qui ont connu leur lot d’insolites comme des pas de danses de quelques dérangés mentaux, qui se sont invités à la fête, ravissant parfois la vedette aux artistes sur scène.
Ce fut donc une ambiance bon enfant qui a prévalu sur les lieux débouchant sur des réjouissances populaires entre les citoyens du Couffo, ou du moins de Dogbo, et leurs hôtes. Le président de l’Association pour le développement économique, social et culturel de Dogbo (Adescud), Comlan Godoui, et les autres membres du bureau en ont profité pour faire le point de leurs interventions. Le bureau qui finit son mandat en février 2018 n’a pas manqué d’attirer l’attention sur les projets de développement à conduire à terme. Sur ce registre, Comlan Godoui a évoqué l’installation du haut conseil des sages, l’aménagement de la place du 15 août et la réalisation de sa maquette. Aussi les plaidoyers la diplomatie pour la prise en compte du site historique « gunududji» par l’Unesco puis la construction des palais du roi et de la reine de Dogbo-Ahomè ainsi que le lobbying pour la construction du tribunal de première instance de deuxième classe de Dogbo, constituent-elles des priorités en dehors de la régularité de la célébration de la fête du 15 août à Dogbo. Pour y parvenir, l’actuel bureau prévient qu’il faille « travailler dans l’intérêt des communautés à la base pour le bien-être de chacun et de tous ».

LIRE AUSSI:  Conservation des chants et danses d’Abomey:L’ambassade des USA soutient le projet de préservation culturelle