3e édition du festival panafricain « Afrique du rire » à Cotonou: L’humoriste ivoirien Digbeu cravate dévoile programme

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


Cotonou accueille le 15 février prochain, la troisième édition du festival panafricain d’humour «Afrique du rire». Grand moment de rire et de comédie qui verra sur scène, des humoristes réputés. Mercredi 5 février dernier, Digbeu cravate, l’un des principaux organisateurs, a échangé avec les hommes des médias pour en dire un peu plus sur l’évènement.

LIRE AUSSI:  Réseau Arterial Network: Le Bénin prend la tête du secrétariat général

Michel Gohou, Oualas, Digbeu Cravate, Adama Dahico, Redouane Bougheraba, Ahmed Sparrow, Sacko Camara… Le samedi 15 février prochain promet des surprises à Canal Olympia de Cotonou. Les plus grands humoristes francophones du moment prennent quartier à Cotonou pour une soirée de rire à n’en point finir. Les têtes d’affiches sus citées seront accompagnées par de jeunes noms de l’humour et de la comédie. Kromozom, Fridaousse Iffabi, Pacheco, côté Bénin seront également sur scène pour faire parler leurs talents. C’est d’ailleurs là, toute la philosophie du festival panafricain « Afrique du rire » qui, cette année, est à sa troisième édition. Le choix du Bénin à cette étape du projet après la première édition au Maroc est tout sauf anodin, dira Michel Bla alias Digbeu cravate au cours de la conférence qu’il a organisée, en marge de l’évènement, mercredi 5 février dernier. Ce choix qui relève de sa personne, en qualité de membre du comité d’organisation, il le justifie par le besoin de faire parler l’humour béninois et de le présenter à un public plus large et plus varié. Autre paramètre, donner la chance aux jeunes comédiens de partager la scène avec des professionnels d’un certain niveau. « J’ai choisi le Bénin parce que je trouve qu’il y a du potentiel ici », soutient-il.
Seul couac, le « stand-up », genre par excellence du festival n’est pas développé au Bénin. Il est encore à l’étape embryonnaire, reconnaît Digbeu. Fort heureusement, certains jeunes talents y travaillent. Mais leurs compétence et talents ont besoin d’être renforcés. Il leur manque des formations sans lesquelles ils ne peuvent tenir devant de grands publics et devant des professionnels, assure l’humoriste ivoirien, fort de son expérience. C’est d’ailleurs cette expérience qui lui vaut de figurer dans le top of mind des humoristes sur le continent et surtout d’organiser ce festival panafricain d’humour qui a déjà sillonné plusieurs pays comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Burkina, le Mali…

LIRE AUSSI:  Réseau Arterial Network: Le Bénin prend la tête du secrétariat général

Perspectives

« Cela fait 27 ans que je fais ce métier et aujourd’hui je suis en train de chercher à me mettre derrière la caméra pour donner la chance aux plus jeunes », confie-t-il. C’est l’ambition des autres organisateurs de ce festival. Mais le défi de la relève, assure le conférencier, ne pourra être relevé sans le soutien de ceux qui ont en charge la gestion de la culture. S’agissant particulièrement du Bénin, il invite le ministère en charge de la Culture à s’y pencher pour donner plus de chance aux jeunes talents. L’autre défi qui attend le Bénin, d’après lui, c’est de briser la barrière de la langue. « Les meilleurs comédiens s’expriment en Fongbé ou dans leur dialecte, c’est ce qu’on nous dit pour le Bénin », fait-il observer.
Digbeu souligne que la présence du festival dans tous ces pays, vise à montrer leur diversité ainsi que leur richesse. « Nous voulons montrer aux autorités que nous pouvons faire beaucoup avec la richesse culturelle. Il n’y a pas seulement que les minerais, l’agriculture, il y a aussi la culture. Ce que nous faisons en tant qu’artistes peut vraiment participer à l’évolution du pays », laisse-t-il entendre. « Afrique du rire est un festival itinérant sous le parrainage du roi du Maroc.