31e journée mondiale de lutte contre le sida: Les organisations communautaires célébrées

Par Ariel GBAGUIDI (Stag.),

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun| 269 lecteurs


Le Bénin a commémoré, ce dimanche 1er décembre, la journée mondiale de lutte contre le sida. Pour cette 31e édition, c’est la commune d’Abomey-Calavi qui a accueilli les manifestations officielles dont le thème appelle à valoriser les communautés engagées dans la riposte contre cette pandémie.

LIRE AUSSI:  Le Commerce intra régional formel en Afrique de l’Ouest: Ses atouts et ses défis face à la mondialisation

« Les organisations communautaires font la différence ». Voilà le thème retenu, cette année, à l’occasion de la 31e Journée mondiale de lutte contre le sida dont les manifestations officielles ont eu lieu, hier dimanche, dans les locaux de la mairie d’Abomey-Calavi. Au-delà des discours et autres festivités, cette journée est une occasion pour revisiter les moyens de lutte et les comportements responsables à observer vis-à-vis des personnes atteintes de cette maladie. Mieux encore, le thème retenu cette année, rappelle bien le rôle que doivent jouer les élus et organisations communautaires, en vue de bouter cette maladie hors des frontières béninoises, affirme le premier adjoint au maire d’Abomey-Calavi, Victor Adimi, qui sera conforté dans ses propos, par le préfet de l’Atlantique.
Selon Jean-Claude Codjia, les communautés permettent d’atteindre plus sûrement les personnes vivant avec le Vih/Sida ainsi que les couches clés et les populations en général. « Dans une telle logique déterminée, l’espoir est donc permis d’atteindre les objectifs fixés. Mais encore faudra-t-il maintenir la cadence sans désemparer en transformant toute difficulté en opportunité », recommande le préfet. Il réitère, au passage, l’engagement des structures placées sous sa tutelle et impliquées dans la lutte, à œuvrer pour l’atteinte des objectifs.
Le coordonnateur résident du Système des Nations unies au Bénin informe que le thème retenu, découle du récent rapport de l’Onusida, publié en prélude à cette 31e Journée mondiale, et qui met en exergue la nécessité pour les communautés et les personnes d’être en position de choisir, de savoir, de s’épanouir et de faire entendre leurs revendications pour mettre fin au Sida. Siaka Coulibaly va également expliquer le sens et l’importance du thème de cette journée rapportant un extrait de l’allocution de la directrice exécutive de l’Onusida. « Sans les organisations communautaires, 24 millions de personnes n’auraient pas accès à un traitement aujourd’hui. Sans les organisations dirigées par des femmes, nous ne serions jamais aussi près de mettre un terme aux nouvelles infections chez les enfants, délivrer les orphelins et prendre soin des malades », cite-t-il, avant d’appeler à la mobilisation générale pour relever les défis en attente dont l’octroi de 6 % de tous les financements dédiés au Vih/Sida aux organisations communautaires.

LIRE AUSSI:  Don de vivres aux personnes défavorisées: La Jama’at Islamique Ahmadiyya fait œuvre utile

Faire reculer le mal

Après avoir pris bonne note de ces rappels et doléances du Snu et même des personnes affectées, le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, relève le rôle combien important des organisations communautaires dans la lutte. Il informe, au passage, que la prévalence au Vih, au Bénin, demeure stable (1,2 % depuis 2016) mais avec de fortes variations au sein des populations clés. Et pour faire reculer le mal, le gouvernement béninois a décidé d’associer les organisations communautaires dans la stratégie de ciblage des populations clés à travers un contrat social, déclare-t-il, en rassurant ainsi Siaka Coulibaly au sujet des défis à relever.
Au cours de leurs interventions, les autorités ont rappelé et salué les nombreuses actions engagées par le gouvernement du président Patrice Talon dans la lutte contre cette pandémie ainsi que les succès obtenus. Outre l’Exécutif béninois, les œuvres de la première dame, Claudine Talon, à travers sa Fondation, ont été aussi saluées par les autorités à divers niveaux. Et pour démontrer une fois encore son engagement à faire reculer cette maladie, la Fondation Claudine Talon annonce le lancement, d’ici le 15 décembre prochain, d’un jeu concours à l’endroit des élèves béninois en vue de mieux les associer à la lutte contre le Vih/Sida.