2e édition du Salec à Parakou:Une rencontre entre 50 demandeurs et 2 000 offreurs de compétences

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Commencée, lundi 30 novembre dernier, la 9e édition de la Quinzaine nationale de l’emploi placée sous le thème « Emploi local : quel enjeu pour la jeunesse dans les communes ? », a pris fin, vendredi 11 décembre dernier à Parakou. Le clou des manifestations a été le lancement de la 2e édition du Salon de l’emploi et des compétences (Salec) par le ministre en charge de la Promotion de l’emploi, Modeste Kérékou. L’évènement a réuni 50 entreprises et 2 000 candidats à l’emploi.

LIRE AUSSI:  Pour viol sur mineure (3e dossier):Affissou Ahissou Sotindjo condamné à huit ans de travaux forcés

Réunir sur un même espace, 50 entreprises demandeuses de compétences, 1 000 offres d’emplois disponibles immédiatement auprès des entreprises, 2 000 candidats à l’emploi ou offreurs de compétences, tous domaines confondus. Tel est l’exploit que l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi (Anpe) a bien voulu réaliser au cours de la 2e édition du Salon de l’emploi et des compétences (Salec) lancé, vendredi 11 décembre dernier à Parakou, par le ministre en charge de la Promotion de l’emploi, Modeste Kérékou.
Ce salon, a indiqué le ministre, est une opportunité offerte par l’Anpe aux entreprises prêtes à recruter ou pourvoir à des postes immédiatement disponibles sur le même espace, le même jour et en un minimum de temps, sans intermédiaires, en valorisant les compétences et le savoir-faire des jeunes-demandeurs d’emploi. « Nous avons voulu donner de la chance à tous les candidats», a-t-il poursuivi. Il a précisé que plus de 10 000 jeunes se sont déjà inscrits et étaient désireux de prendre part à cette compétition. Mais, compte tenu des contraintes liées aux gestes barrières contre la pandémie du coronavirus, seulement 2 000 candidats ont été présélectionnés, a expliqué le ministre.
Sur le marché de l’emploi, l’Anpe ne fait que de l’intermédiation. «Une fois par an, nous donnons cette opportunité à tous ceux qui n’ont pas pu trouver les spécificités, les compétences pointues qu’ils recherchaient au cours de l’année, de pouvoir, au cours d’un recrutement de masse, détecter les perles rares dont ils ont besoin pour faire tourner leurs entreprises », a confié le directeur général de ladite agence, Urbain Amègbédji.
Le préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé, a exhorté les jeunes à saisir ces opportunités offertes aux fins de valoriser leurs compétences, leur savoir-faire en vue de se faire recruter et par ricochet accroître leurs chances d’accéder à un emploi durable et de se créer une meilleure place dans la société.
Appréciant le thème « Emploi local: quel enjeu pour la jeunesse dans les communes? » retenu pour la célébration de la quinzaine, le préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé, a fait observer que la présente manifestation constitue une occasion pour solliciter une meilleure implication des collectivités territoriales décentralisées, en l’occurrence la municipalité de Parakou, dans l’accompagnement des jeunes diplômés sans emploi. La 3e adjointe au maire représentant le maire de Parakou, Alimatou Abdoulaye, a également loué l’organisation de ce salon. « Pour les jeunes en quête de travail qui ne seront pas immédiatement recrutés, le Salec restera quand même une opportunité, car ils auront eu l’occasion de se vendre devant un parterre aussi riche d’entreprises. Ce sera une expérience non négligeable pour eux », a- t-elle souligné.
Avec ce salon, prennent fin les manifestations programmées dans le cadre de la Quinzaine nationale de l’emploi organisée par l’Anpe.

LIRE AUSSI:  Prise en charge psychiatrique des détenus au Bénin: Des infirmiers des établissements pénitentiaires en formation