24è Journée mondiale des malades :L’aumônerie du CHD/Ouémé-Plateau célèbre l’événement

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Santé |   Commentaires: Aucun


La communauté internationale a célébré, hier mercredi 11 février, la 24è journée mondiale des malades. L’aumônerie de la pastorale de la santé des hôpitaux du diocèse de Porto-Novo basée au Centre hospitalier départemental de l’Ouémé-Plateau, n’est pas restée en marge de cet évènement qui est à sa 10è édition au Bénin. Comme chaque année, elle a organisé une série d’activités pour partager un instant de joie avec les malades de cet hôpital.

LIRE AUSSI:  Phase pilote du projet Arch au Bénin: Trois ambulances remises aux responsables de zones sanitaires

C’est par une messe que l’aumônerie de la pastorale de la santé des hôpitaux du diocèse de Porto-Novo dont le siège se trouve au Centre hospitalier départemental de l’Ouémé-Plateau a marqué la célébration, hier 11 février, de la 24è Journée mondiale des malades. Une commémoration instaurée, faut-il le rappeler, par le pape Jean Paul II pour qu’une attention soit accordée aux personnes malades du monde entier. L’évènement est à sa 10è édition au Bénin.
Le culte célébré à cet effet, a regroupé des malades du plus grand hôpital du département de l’Ouémé-Plateau, le personnel soignant et des autorités communales de la ville de Porto-Novo. Tous sont venus partager quelques instants de solidarité et de joie avec les malades du CHD-OP.
L’eucharistie a été concélébrée par Jules Dosseh, vicaire général du diocèse de Porto-Novo et trois autres pères dont Grégoire Toglobessé, aumônier de la pastorale de la santé des hôpitaux du diocèse de Porto-Novo. Dans son homélie, le célébrant principal a commenté le thème retenu cette année par le pape François à savoir: «J’étais les yeux de l’aveugle, les pieds des boiteux».

LIRE AUSSI:  Revue du Projet de lutte contre les maladies tropicales négligées:Faire le bilan et tracer des perspectives pour 2015

Ce thème est tiré du livre de Job, chapitre 29 et verset 15. S’inspirant du message du pape à l’occasion de la présente célébration, Jules Dosseh a invité les fidèles à célébrer la vierge Marie, la dame de Lourdes qui donne la guérison à travers les professionnels de la santé. Si l’église est le plus grand hôpital qui donne la guérison, la vierge Marie en est le plus grand médecin. Le père célébrant a aussi invité les fidèles à témoigner chaque fois leur amour et leur solidarité aux malades qui ont besoin de leurs aides pour se laver, s’habiller, se nourrir…bref à être les yeux des aveugles et les pieds des boiteux.

Car, tous les hommes sont des malades qui s’ignorent. «Il faut que tout le monde soit sensible à la souffrance des malades», souligne le vicaire Jules Dosseh avant d’implorer Jésus-Christ de guérir le cœur de l’homme, de l’autre maladie qu’est la méchanceté qui l’habite.
Le clou de la messe a été la bénédiction des malades du CHD-OP. Le père célébrant a imposé ses mains sur la tête de chacun des malades participants au culte. Les autres prêtres concélébrants ont été répartis dans les autres salles, notamment l’hospitalisation, la néonatologie, la chirurgie, la réanimation et l’Orl pour le même geste aux patients qui ne peuvent pas se déplacer.
Donnant le bel exemple, l’aumônerie de la pastorale de la santé des hôpitaux du diocèse de Porto-Novo a offert un repas de fête à chaque malade du centre. Des vivres crus collectés de part et d’autre ont été distribués aux personnes vraiment démunies du CHD-OP pour leur donner un instant de joie.
Une quête spéciale communément appelée «Zindo» a mis fin à la messe. Un montant de 465 415FCFA a été mobilisé sur place. Cette somme, selon l’aumônier Grégoire Toglobessé servira à construire les bureaux de l’aumônerie du centre pour permettre aux prêtres d’être permanents au CHD-OP pour plus d’efficacité dans leurs actions. Car, pendant que le médecin s’occupe du corps, il est important que le prêtre, lui se préoccupe de l’âme du malade, conclut-il.