1re session criminelle de l’année 2020 au Tpi d’Abomey-Calavi:20 dossiers au rôle, 40 accusés à la barre

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun


Ce lundi 27 juillet s’ouvre au Tribunal de première instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi, la première session criminelle au titre de l’année 2020. Lors d’un point de presse tenu, vendredi 24 juillet dernier, le magistrat Aubert Kodjo, procureur de la République près le Tribunal de première instance d’Abomey-Calavi, a levé le voile sur les dossiers inscrits au rôle d’audience.

LIRE AUSSI:  Visite du ministre de l’Industrie et du Commerce à Porto-Novo: Serge Ahissou fier du personnel de la Ddic Ouémé/Plateau

Lors de sa première session criminelle au titre de l’année 2020, le Tribunal de première instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi va connaître du sort de 40 accusés à travers 20 dossiers inscrits au rôle et répartis comme suit : un dossier d’assassinat, un dossier de coups mortels, un dossier d’incendie volontaire, deux dossiers de traite d’enfants, un dossier d’association de malfaiteurs, un dossier de vol à main armée, un dossier de tentative de vol aggravé, un dossier de meurtre et onze dossiers de viol.

“Une analyse des divers crimes figurant sur le rôle d’audience, permet de constater que les crimes contre les personnes prédominent nettement avec un pourcentage de 87 % contre les atteintes aux biens qui représentent 13 % des affaires inscrites à ce rôle”, fait observer Aubert Kodjo, procureur de la République près le Tribunal de premiere instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi. Puis il en déduit : «Ce tableau traduit la survivance voire la recrudescence des agressions sexuelles dans le ressort du Tribunal d’Abomey-Calavi, en dépit des efforts sans cesse fournis par les pouvoirs publics et les forces de sécurité dans la lutte contre cette forme de délinquance, le banditisme et l’insécurité». Le procureur Aubert Kodjo assure que le pouvoir judiciaire, en organisant la présente session, entend jouer sa partition et apporter des réponses idoines aux cas qui lui sont déférés afin de rassurer les populations.
Lors de la session criminelle qui démarre aujourd’hui, justice sera rendue à des dizaines de concitoyens qui attendent en détention provisoire depuis plusieurs années… “Nous sommes à l’ère d’une justice plus efficace parce que plus respectueuse des délais, à l’ère d’une justice plus équitable parce que renforcée par des garanties procédurales accordées aux accusés dans un contexte marqué par des mutations majeures du droit pénal et de la procédure pénale”, a soutenu le procureur Aubert Kodjo avant d’inviter les populations à suivre les audiences en vue de s’informer, de s’éduquer, dans le respect des gestes barrières dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Il a par ailleurs remercié le bâtonnier et l’ensemble des magistrats de la Cour d’appel de Cotonou qui ont accepté et facilité l’organisation de cette session.

LIRE AUSSI:  « L’audace de réformer »: La contribution d’Aurèle Houngbédji pour une gouvernance efficiente