13e anniversaire du décès de Mama Franco: Des hommages dignes de l’héritage laissé par l’artiste

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun


Jeudi 15 octobre dernier, cela faisait 13 ans que l’artiste Mama Franco a été arraché à l’affection de ses fans. Son souvenir, au regard de l’héritage musical qu’il a laissé demeure encore vivace dans les cœurs à Parakou. En marge du concert live donné dans la soirée du samedi 17 octobre dernier, pour honorer sa mémoire, une conférence publique sur son œuvre a eu lieu, dans la matinée à la Maison de la culture et du tourisme de la ville.

LIRE AUSSI:  Lancement des ouvrages « Le Couvre-chef à Porto-Novo », « Quand la nature vous venge » et « Gbècekon »: Charles Dossou Ligan promeut les valeurs authentiques africaines

Un rossignol, un artiste polyvalent et talentueux. Les qualificatifs manquent pour apprécier le talent de Mama Franco de son vrai nom Alpha Séko Moussa Mama. Bien qu’il ait tiré sa révérence, il y a 13 ans, ses œuvres continuent de faire parler de lui. Pour commémorer la mémoire de ce grand nom de la musique béninoise, à l’occasion du 13e anniversaire de son décès, un géant concert live a été organisé dans le respect strict des gestes barrières contre la Covid-19, samedi 17 octobre dernier à Parakou, sa ville natale. C’est à l’initiative de son fils Siba Franco Junior, artiste chanteur, qui a hérité de son talent. Aux côtés de son fils, il y avait plusieurs autres artistes dont Bourou’s Man, Baguibado, Mako Biba Bori et Im’ran.
Avant le concert, il y a eu une conférence publique dans la matinée à la Maison de la culture et du tourisme de la ville. Elle a été animée par l’acteur culturel et producteur de musique Gaston Yamaro. Diffusée également en ligne, elle a permis à l’assistance, ainsi qu’aux internautes de s’informer davantage sur ce qui reste aujourd’hui de l’homme et des leçons que les jeunes artistes béninois peuvent tirer de son parcours musical. L’occasion a été également propice pour des témoignages sur sa vie et son œuvre. Des témoignages faits par les artistes Bourou’s Man et Franco Junior. Kiri Kanta était, quant à elle, en ligne depuis Paris.

LIRE AUSSI:  Pour une année 2020 de paix et de joie: Le gouvernement offre un concert au peuple béninois

Des témoignages

Selon Gaston Yamaro, Mama Franco est un grand musicien de tous les temps dont les œuvres ont même été assimilées à celles de l’artiste congolais ‘’Franco’’. «Mama Franco est un héritage musical énorme qu’il faut défricher et mettre à la disposition de la jeune génération », a-t-il insisté. Pour le directeur de la Maison de la culture et du tourisme de Parakou, Marcel Orou Fico, l’artiste peut mourir physiquement, mais ses œuvres demeurent toujours.
En effet, c’est dans les années 70 que l’artiste s’est fait connaître par le grand public, en créant l’un des premiers orchestres de Parakou, le Super Borgou, dont il était le chef et le lead vocal. Son surnom ‘’Mama Franco’’, il l’a tiré de son désir de toujours imiter le guitariste congolais ‘’Franco’’ de l’orchestre zaïrois, OK Djazz. Mais tout est parti des années 50 avec la création d’un groupe de musique appelé ‘’Sympam ‘’ à Yarakinin, un quartier populeux situé dans le premier arrondissement de Parakou.
En prélude au concert hommage et à la conférence publique, une prière pour le repos de son âme a été organisée vendredi 16 octobre dernier.