Les équipes du groupe F basé à Ismailia ont effectué hier, mardi 25 juin, leur entrée en lice dans la compétition. Les Ecureuils du Bénin ont contraint les Black Stars du Ghana au partage des points (2-2). En attendant la prochaine journée de la compétition au niveau de leur groupe, c’est un bon point de pris.  

Face aux Black Stars du Ghana hier, mardi 25 juin au Ismailia stadium, les Ecureuils du Bénin avaient bien la possibilité de déjouer les pronostics. N’eussent été des erreurs de manques de concentration et d’appréciation, Abdou Khaled Adénon et ses coéquipiers auraient enfin pu remporter leur première victoire derrière laquelle ils courent, alors qu’ils sont à leur quatrième participation à une phase finale de la Can. Des regrets, ils en nourriront puisque, l’adversaire était à leur portée. Sinon que les poulains de James Kwessi Appiah n’ont pas été si extraordinaires que cela. N’eussent été les réalisations des frères André et Jordan Ayew aux 9e et 42e min, les Ecureuils du Bénin auraient mieux fait que de se contenter de ce nul de 2-2.
Et pourtant, ce sont eux qui cueilleront à froid les Ghanéens dès la 2e min de jeu, lorsqu’idéalement servi, Mickaël Poté se jouera de la défense adverse, pour mystifier l’infortuné gardien de but Richard Ofori. Un scénario dont les Ecureuils ne pouvaient mieux rêver.
Loin d’accuser le coup, André Ayew et les siens reviendront rapidement dans le match. Sur une passe décisive de son petit frère Jordan Ayew, il profitera de l’égarement de Emmanuel Imorou pour battre Fabien Farnolle. C’est sur un tir imparable au niveau du poteau gauche. Après avoir été passeur décisif, c’est Jordan Ayew, cette fois-ci servi par son grand frère, qui profitant également d’une erreur d’appréciation du défenseur béninois, Olivier Verdon, se fera à nouveau signaler en prenant à contre-pied Fabien Farnolle.
Aussi, pour relancer ses poulains dans la partie, Michel Dussuyer a dû procéder à quelques remplacements dans l’entrejeu après la mi-temps. Sa tactique s’avèrera payante puisqu’elle permettra à Mickaël Poté qui signait son doublé, de remettre les pendules à l’heure à la 63e min.
Toutefois, mitigée aura été la prestation de certains joueurs comme Sessi d’Almeida et bien d’autres garçons comme Steve Mounié. A la 91e min, ce dernier avait même la balle du 3e but au bout de ses chaussures. Mais il a préféré la vendanger au grand dam de la centaine de supporteurs béninois.
Quand bien même les matches entre ces deux sélections ayant souvent donné lieu à un duel ouest africain âprement disputé, celui d’hier est loin d’avoir tenu la promesse des fleurs. Sur les plans technique et tactique, il n’a pas été d’un grand niveau.
Pour ce qui est de leur première victoire, ils la remettront au samedi 29 juin prochain, face aux Djurtus de la Guinée-Bissau. Ce sera avec le grand retour de leur capitaine et maître à jouer,
Stéphane Sességnon dont l’absence hier sur l’aire de jeu, leur a été préjudiciable.  

Bonne option pour le Cameroun

En première heure, ce sont les Lions indomptables du Cameroun qui d’entrée, ont marqué leur territoire, laissant les Djurtus de la Guinée Bissau à leurs illusions. A l’arrivée, les poulains de Clarence Seedorf  l’ont emporté (2-0). Ils ont parfaitement assumé leur statut de tenant du titre. Avant d’affronter les Black Stars du Ghana au cours d’un match au sommet qui aura valeur de finale du groupe A, samedi 29 juin prochain à Ismailia, ils prennent une bonne option pour la suite de la compétition.
En effet, Yaya Banana et Stéphane Cedric Bahoken, respectivement aux 66e et 69e min, ont été les bourreaux des poulains de Baciro Candé, au cours d’une deuxième partie bien maîtrisée. Le match, Choupo Moting et ses coéquipiers l’avaient démarré sur des chapeaux de roue, en obligeant les Bissau-Guinéens à jouer dans leur défense et à procéder par de rares contre-attaques. Ils manquaient de les asphyxier. Mais, Zezinho, de son nom complet, José-Luis Mendes Lopes et ses camarades tiendront le coup jusqu’à l’heure du jeu, avant de finir par céder.  
Rappelons qu’entre ces deux sélections, il s’agissait des retrouvailles. Elles s’étaient déjà affrontées en phase de groupe lors de la Can Total, Gabon 2017. La Guinée-Bissau était alors à sa première participation à une phase de finale de la Can. Et c’est dans la douleur que le Cameroun s’était imposé 2-1.

Mention très bien pour les supporteurs

Convoyés aux frais de l’Etat pour aller soutenir comme ils savent si bien le faire, les supporteurs ont parfaitement joué leur partition. Au nombre d’une centaine, ils ont donné de la voix du début jusqu’à la fin du match. Sous la houlette de leur président, Léopold Houankoun, ils se sont surpassés pour animer. Leur engagement et leur détermination aux côtés de la sélection nationale n’auront donc pas été vains.

Par Maurille GNASSOUNOU depuis Ismailia

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 734 fois