Le ministre du Tourisme, de la Culture et des Sports, Oswald Homéky, a procédé, ce lundi 26 novembre, à Cotonou, au lancement de la conférence internationale sur la relance de l’Education physique et sportive (Eps) dans les différents ordres d’enseignement des Etats et gouvernements membres de la Francophonie. L’objectif de cette conférence est de réfléchir à l’amélioration de la pratique de l’Eps à l’école dans l’espace francophone.

Organisée par la Conférence des ministres de l’éducation nationale (Confemen) et la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports (Confejes) de la Francophonie, une rencontre internationale sur la relance de l’Education physique et sportive (Eps) dans les différents ordres d’enseignement des Etats et gouvernements membres de la Francophonie, se tient depuis ce lundi 26 novembre à Cotonou.

Pendant deux jours, les participants représentant les gouvernements des Etats membres de la Francophonie, des organisations internationales et des institutions de formation et de la recherche vont échanger autour des thématiques visant à valoriser l’éducation physique et sportive. Selon Jacques Boureima Ki, secrétaire général de la Confemen, cette conférence est un rendez-vous de partage d’expériences et d’innovation pédagogiques. Elle vise à redorer le blason de l’éducation physique et sportive dans les écoles des pays de l’espace francophone. Abondant dans le même sens, Bouramah Ali
Harouna, secrétaire général de la Confejes, a rappelé l’importance de l’Eps sur le bien-être physique et psychique de l’homme. Selon lui, la promotion de la jeunesse et du sport constitue un défi majeur à relever dans un monde en proie au terrorisme et à la crise des valeurs. C’est pourquoi il salue l’engagement du gouvernement béninois qui a mobilisé les ressources nécessaires pour le bon déroulement des travaux. Yao Ido, représentant de l’Unesco, se réjouit du fait que la Confejes et la Confemen aient associé son institution dans le cadre de cette grande rencontre internationale. Pour lui, l’éducation et le sport constituent un enjeu majeur pour l’Unesco. « L’Unesco est engagée et promet de travailler à la mise en œuvre des recommandations issues de cet atelier ». Selon le vice-président de la Fédération internationale d’éducation physique, Antala Branislav, cette conférence vient à point nommé car elle permettra de connaître le rôle de l’Eps dans l’espace francophone. Il reste convaincu que les résolutions issues de ces assises contribueront à l’épanouissement de la jeunesse qui reste un atout majeur pour l’Afrique. Au nom du président de la Fédération internationale du sport universitaire (Fusi), Léopold Senghor est fier de cette initiative au moment où l’éducation physique et sportive et la pratique du sport en milieu scolaire et universitaire ne constituent plus une discipline obligatoire dans le système éducatif de la plupart des pays de l’espace francophone.

L’Eps pour remédier aux problèmes du monde actuel

La Fusi se fonde sur la pertinence de l’initiative et la qualité des participants pour renouveler son engagement à accompagner tous les projets de développement de l’Eps dans l’espace francophone. Félicitant la Confemen et la Confejes pour avoir initié cette rencontre internationale, l’ambassadrice de la France au Bénin, Véronique Brumeaux, a rappelé l’intérêt du gouvernement français et de son président Emmanuel Macron pour le sujet. « La France accueille favorablement cette thématique qui, au regard des enjeux internationaux actuels en matière d’éducation et de santé apparaît très importante », a-t-elle déclaré. Selon elle, l’accès à l’Education physique et sportive est une solution pour remédier aux problèmes du monde actuel. Pour elle, il est indispensable non seulement d’intégrer l’Eps dans nos modes de vie, mais aussi de permettre à l’école, d’y jouer un rôle. A l’en croire, le développement des activités physiques et sportives constitue un moyen de mobiliser les populations autour des valeurs sportives et humaines.
Le ministre du Tourisme, de la Culture et des Sports, Oswald Homéky, félicite tous les participants à cette conférence. Selon lui, le gouvernement du Bénin s’inscrit déjà dans la politique de valorisation des activités physiques et sportives à l’école à travers son programme de création de classes sportives qui est dans sa phase expérimentale. Pour lui, cette conférence internationale apparaît comme le moyen d’offrir des solutions aux problèmes de la jeunesse. Il reste convaincu que les décideurs politiques, les autorités académiques et partenaires présents à Cotonou vont réussir à fédérer leurs connaissances pour produire un document d’orientation visant la valorisation de l’Eps dans les différents ordres de l’enseignement dans les pays francophones.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3232 fois