Soucieuse de juguler la crise et ramener le calme dans la maison du football béninois la Fédération internationale de football association (FIFA), s’est prononcée, il y a quelques semaines sur la situation. A travers une correspondance, l’instance faitière du football mondial recommande la mise sur pied d’un Comité de normalisation qui dispose de six mois pour réunir la famille du football et faire rouler le ballon sur les pelouses. Mais un comité pour quel résultat ?

A l’annonce de la nouvelle de la mise sur pied d’un Comité de normalisation pour juguler la crise du football au Bénin, des voix se sont élevées pour exprimer leurs inquiétudes sur cette nouvelle situation. Au vu de l’évolution de la situation aujourd’hui et des informations qui circulent dans les milieux du football, le bout du tunnel semble encore loin pour le football béninois. Et pour cause. Les dés semblent pipés bien avant le premier jet.

On peut reprocher au bureau exécutif de la FBF sortant son bras de fer avec l’autorité. Ce que beaucoup qualifient d’insubordination, puisqu’à l’époque le courant ne passait pas entre le ministère en charge des Sports et le bureau exécutif de la FBF. Cela a conduit parfois à des passes d’armes. Une situation que certains ont vite fait de récupérer à leur profit et travaillent à en tirer les bénéfices.
En réalité, c’est tenant à sauvegarder à tout prix des intérêts et leurs postes et les avantages y afférents dans les instances continentales et internationales du football que certains de nos compatriotes, ont tiré les ficelles dans l’ombre. Ils ont usé de leur position à l’extérieur, rusé et abusé de la naïveté de certains responsables de l’équipe dirigeante sortante pour leur couper les herbes sous le pied et faire miroiter aux politiques une solution de sortie de crise suivie de l’accompagnement de la CAF et de la FIFA. Or en réalité, il n’en n’est rien. Il s’agissait simplement d’un marché de dupe. C’est fort du soutien des « parrains » hauts perchés pour leur ouvrir les boulevards pour rempiler à leurs postes à l’international qu’ils agissent.
C’est dire que la reconduction de nos compatriotes à leurs postes à la Confédération africaine de football (CAF) en 2017 n’est pas étrangère à cette crise. Tout ce qui se fait et se fera désormais ira dans ce sens.
C’est ce qui fait trainer la sortie officielle de la liste des 5 membres du Comité que la Fifa avait pourtant promis publier «très prochainement». La différence de langage constatée dans le communiqué de la Fifa envoyé au Bénin et celui publié sur le site officiel de l’institution peut également avoir une explication dans ce sens.
Il y a donc nécessité pour les acteurs du football de jouer franc jeu. Et veiller à ce que l’intérêt national prime sur celui privé. C’est à ce prix et seulement à ce prix là que le Bénin sortira son football de l’ornière. A défaut la crise s’éternisera.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1950 fois
Tags:
  • ,