Les jeux sont faits. La liste des équipes ayant passé le premier tour des éliminatoires zone Afrique de la Coupe du monde «Russie 2018» est connue. Principal enseignement à tirer : rencontres difficiles et, hiérarchie bousculée parfois.

Des rencontres enlevées, parfois des scores flatteurs. Les Coelacanthes des Comores qui, à la faveur de leur résultat nul avec but à Maseru, ont dépassé leur hôte le Lesotho qui n'avait pas marqué lors de la première manche se qualifient au bénéfice du but marqué à l'extérieur. Pareil pour le Sao du Tchad qui avait remporté la première manche à N'Djaména et qui a été battu à Port-Harcourt (match déplacé au Nigeria en raison de l'épidémie de fièvre Ebola).

Le Liberia, tenu en échec à Monrovia, a réussi à composter son billet à Bissau en s'imposant largement. Quatrième et dernière équipe à avoir éliminé mais mieux classée qu'elle, la Tanzanie qui a su préserver un but d'avance à Pretoria après en avoir inscrit deux chez elle.
Sur les 13 rencontres au programme, quatre ont donné lieu à une légère inversion de la hiérarchie.

Trois équipes avec deux victoires

Le Botswana, le Burundi et le Niger sont les trois pays à avoir remporté les deux manches. A l'inverse, les Comores, après deux nuls, n'ont eu besoin que d'un but pour se qualifier.
La Guinée Bissau, le Kenya, Madagascar, la Mauritanie, la Namibie et le Liberia ont gagné un match et fait un nul dans le second. A contrario, le Liberia est la seule à avoir commencé par un nul à la maison avant d'aller chercher la qualification à l'extérieur. C'est aussi le cas, déjà évoqué, des Comores.
Victoires à domicile et défaite à l'extérieur pour l'Ethiopie, la Tanzanie et le Tchad.

Carton plein du Swaziland

Dans ces éliminatoires, le Swaziland a déjà mis un paquet de buts. Bien que n'ayant pas encore joué son match retour contre Djibouti, le Swaziland possède l'attaque la plus percutante avec 6 réalisations. Ce qui le met à égalité avec le Niger (deux matches joués). On trouve ensuite le Botswana, le Kenya et Madagascar avec cinq buts chacun. Aussi, peut- on souligner la dextérité de certains joueurs qui se sont faits signaler comme par exemple, le hat-trick du joueur libérien William Jebor. Auteur déjà de la délivrance de son pays à Monrovia, ce jeune s’est amélioré cette fois en inscrivant les trois buts de son équipe à Bissau. Que dire du doublé du Nigérien Maoussa Maazou à Niamey? Il en avait déjà réussi un à Nairobi où la Somalie recevait le Niger première manche. Au tableau d'honneur le Burundais Fiston Abdoul Razak, avec un doublé chez lui, les deux buts de son équipe. Avec celui de l'aller, ce sont tous les buts des Hirondelles.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2400 fois
Tags:
  • ,