A 20 h de Cotonou, toujours au stade de Bata, les Congolais, 2è du groupe A avec 1 point, affrontent les Gabonais, leader provisoire avec 3 points. Une victoire de l’une ou l’autre des deux formations les relance pour les places qualificatives de ce groupe.

Lors de la première journée, les Gabonais et les Congolais avaient été, tous deux, crédités de belles prestations respectivement face au Burkina Faso et à la Guinée Equatoriale. Les Gabonais emmenés par leur capitaine Pierre-Emerick Aubameyang ont offert un spectacle alléchant à leurs supporters, le tout couronné par une victoire de 2 buts à 0 face aux Etalons du Burkina classés parmi les favoris de la compétition. Ce match démontre bien les atouts de cette formation gabonaise pourtant considérée comme un outsider dans le groupe.

Il faut désormais prendre au sérieux la bande à Franck Engonga, Fréderic Bulot, Alexander N’Doumbou et autre Malick Evouma. Si ces jeunes ne font pas la grosse tête et arrivent à maintenir le rythme, et font toujours preuve de la solidarité qu’ils ont affichée lors de leur première sortie face à la Guinée Equatoriale. Ce sont leurs aînés Thédore Zué N’guéma, François Amegasse, Pierre Aubame Yang, Etienne Kassa N’goma, Daniel Cousin… qui seront contents d’avoir laissé la maison à des successeurs méritants.
Le Gabon est proche d’un exploit s’il arrive à battre le Congo et se qualifier pour le second tour bien avant la 3è journée.
Mais attention à cette formation des Diables rouges qui détient plusieurs tours dans son sac. Absents de la compétition depuis l’édition de 2000, les Diables rouges conduits par Claude Le Roy dit «le Sorcier Blanc» ont quand même montré une organisation tactique plaisante. C’est d’ailleurs ce qui leur a permis de gagner le seul point tombé dans leur escarcelle. S’ils arrivent à créer la surprise en battant les Gabonais, les vainqueurs de la CAN de 1972 peuvent rêver de se retrouver au 2è tour puisqu’ils auront alors 4 points à leur compteur en attendant de négocier le Burkina Faso à la troisième journée.
En tout cas Gabon-Congo, c’est la rencontre entre deux frères unis géographiquement mais qui s’affrontent peu en football. Sur leurs 6 dernières confrontations, ce sont les Diables rouges qui ont eu le dessus. Ils ont remporté 2 fois contre 0 pour les Panthères. Les 4 autres rencontres se sont soldées par un score nul.
S’ils veulent faire sensation et démontrer qu’ils ne se sont pas qualifiés à cette CAN pour y faire de la figuration, Christopher. Mafoumbi, Dominique Malonga, Prince Oniangué, Francis Litsingi doivent se défoncer et réitérer la belle performance qu’ils ont présentée face au pays organisateur. La force de cette formation est sa combativité et sa solidarité. A cela peut s’ajouter l’expérience de leur entraîneur; Claude Le Roy qui, fort de ses 8 CAN avec 5 formations différentes, peut aussi être un pilier pour ses joueurs.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3540 fois
Tags:
  • ,