Dès cet après-midi, le groupe A est à nouveau en lice avec deux rencontres prometteuses. En première heure, à 17h, au stade de Bata, le pays hôte la Guinée Equatoriale auteur d’un match nul face au Congo en match d’ouverture de la compétition, affronte le Burkina Faso, l’une des formations favorites qui s’est fait surprendre par une ambitieuse sélection des Panthères du Gabon à l’occasion de son entrée en jeu.

Guinée Equatoriale contre Burkina Faso cet après- midi. C’est une rencontre très prometteuse. Le pays organisateur n’ayant pas réussi à gagner son match d’ouverture face au Diables rouges du Congo, joue son va-tout cet après-midi face aux Etalons du Burkina Faso.
Une rencontre de football qui oppose deux formations qui partagent une ambition commune : gagner à tout prix.
Le Nzalang nacional qui est aujourd’hui à sa troisième phase finale de la CAN avec seulement comme palmarès, un ¼ finale en 2012, joue gros, devant son public face à une formation du Burkina Faso qui affiche une forme éblouissante. Elle peut d’ailleurs compter sur son artificier, le jeune Jonathan Pitroipa, meilleur butteur de la dernière édition.
Surpris à l’entame de la compétition par les Panthères du Gabon, les poulains de Paul Put, attendus dans cette compétition en Guinée Equatoriale, comme outsiders ont maintenant l’occasion de prouver que leur parcours en Afrique du Sud n’était pas le fait du hasard.
Pour rappel, le Burkina Faso compte neuf participations à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations. L’équipe a été éliminée sept fois depuis le premier tour mais a réussi tout de même deux bons résultats. Le premier était une quatrième place arrachée en 1998 à domicile. La seconde fois a été la fameuse finale perdue contre le Nigeria, en 2013. Après avoir éliminé le Togo et le Ghana, les Burkinabé ont frôlé l’exploit en échouant dans les derniers mètres face aux Super Eagles (1-0).
C’est donc cette formation des Etalons, dernier du groupe et crédité de 0 point qui affronte le pays organisateur. Le Nzalang nacional a surpris tout le monde par la qualité de sa prestation face au Congo lors du match d’ouverture. Jeu court et une vivacité dans les actions faites de passes courtes.
La rencontre est importante pour chacune des deux formations d’autant plus que le pays organisateur actuellement crédité d’un seul point a besoin d’une victoire pour se relancer. Puisqu’il aura à affronter, à la troisième journée, le Gabon, actuel leader et considéré comme la formation la plus en forme du groupe.
Même si les statistiques sont favorables aux Etalons, les coéquipiers de Kaboré et Alain Traoré savent qu’aucune rencontre n’est gagnée à l’avance. Leurs adversaires ont plus qu’eux, l’avantage d’évoluer à domicile et devant leur public. Ce qui en football n’est pas négligeable.
Vaincre ou périr. Les Etalons et le Nzalang Nacional le savent. En tout cas, à l’étape actuelle de la compétition, personne n’a, pour le moment, intérêt à faire de petit calcul de match nul. Seule l’issue de la deuxième rencontre du jour entre le Gabon et le Congo pourra déterminer la suite en attendant la dernière et ultime journée.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2231 fois
Tags:
  • ,